L’Allemagne était jusqu’ici relativement épargnée par l’épidémie du covid-19. Toutefois, Angela Merkel souhaitait tout de même y durcir les mesures sanitaires. Une réforme qui n’a pu voir le jour face aux refus de certains dirigeants régionaux. Mais compte tenu de la tendance haussière de la courbe de contaminations, de nouvelles restrictions ont finalement été imposées.

Jusqu'ici, le coronavirus semble avoir eu moins d'impacts sur l'Allemagne par rapport à ses pays voisins quoique ces dernières semaines, les nouveaux cas de contamination aient affiché une hausse inquiétante. La chancelière allemande, Angela Merkel, a ainsi organisé une réunion avec les dirigeants des États régionaux dits Länder pour débattre de la mise en place d'éventuelles nouvelles mesures.

Ils ont alors décidé d'imposer un nouveau cantonnement pour éviter de voir leur mutuelle santé faire les frais de cette nouvelle vague de contaminations. Il est tout de même à noter que les mesures sanitaires découlant de ce reconfinement sont moins strictes que celles actuellement en vigueur en France.


Enfin des mesures plus strictes

Durant ces dernières semaines, les mesures sanitaires étaient relativement souples outre-Rhin, même si les restaurants, les cinémas, les enceintes sportives et les bars étaient contraints de fermer. Force est de constater aujourd'hui que ce laxisme a favorisé la propagation de l'épidémie du covid-19. Ce qui a poussé Angela Merkel à vouloir serrer les vis quant aux restrictions, malgré le fait qu'elle s'était heurtée au refus de certains États régionaux qui arrivaient à garder le contrôle sur leur territoire.

Une non-collaboration qui aura finalement été lourde de conséquences, mais à la chancelière de déclarer :

Ce n'est pas le jour pour regarder en arrière, c'est le jour pour faire ce qui est nécessaire.

Et il faut dire qu'il était temps. Ces derniers jours, le pays a enregistré des chiffres records de contamination, dépassant notamment le seuil des 30 000 infections journalières. La nouvelle politique de sécurité stipule ainsi la fermeture des commerces non essentiels et invite autant que possible les citoyens à rester chez eux. Néanmoins, au contraire de la France, les sorties ne sont pas soumises à des autorisations, et ce, même si les déplacements seront rigoureusement contrôlés afin de limiter les voyages dans le pays et à l'étranger.

Les nouvelles mesures de sécurité tiennent également compte du contexte particulier des fêtes de Noël et autorisent les regroupements entre le 24 et 26 décembre. Ce rassemblement devra cependant se limiter aux membres de la très proche famille.


Noël : alerte, danger

À l'approche des fêtes de fin d'année et au vu de la hausse de la courbe de contamination, un durcissement des mesures sanitaires était inévitable et nécessaire. En effet, en cette période festive, les Allemands ont pris pour habitude de se retrouver autour de stands de vin chaud ou de gaufres. Des rassemblements qui sont propices à la propagation du coronavirus, d'où la décision des dirigeants du pays à prohiber la vente d'alcool sur la voie publique.

Mais les commerçants de boissons alcoolisées ne sont pas les seuls à devoir fermer boutique. En effet, compte tenu du contexte des fêtes de Noël, les magasins et les centres commerciaux sont aussi contraints d'en faire de même. Aux dirigeants de faire remarquer que ces derniers jours, certains magasins étaient littéralement pris d'assaut avec de longues files d'attente à l'entrée.

Mais cette décision des dirigeants allemands ne sera pas vide de conséquences, les commerçants concernés ont d'ailleurs fait part des retombées que ces fermetures pourraient avoir sur l'économie du pays.

Toutefois, comme l'a déclaré la chancelière allemande, ces nouvelles restrictions resteront en vigueur jusqu'au 10 janvier prochain.