Selon une étude de Malakoff Humanis, les congés pour maladie se sont avérés plus fréquents en 2021. Une année où plus de 40 % des salariés s’en sont vu prescrire un au moins deux fois. Par ailleurs, les arrêts de travail ont aussi été plus nombreux qu’en 2020. Néanmoins, les employés ne les ont pas toujours respectés.

Le 6 décembre dernier, Malakoff Humanis a dévoilé son baromètre annuel de l'absentéisme au travail. Une étude menée d'une part par téléphone auprès d'un panel de 401 DRH ou dirigeants de sociétés privées. D'autre part, celle-ci a aussi été effectuée auprès de 2 009 employés du même secteur.

D'après le rapport publié, les managers ont singulièrement souffert d'une grande pression durant la pandémie. En conséquence, plus de la moitié d'entre eux (51 %) ont fait l'objet d'arrêts maladie entre 2019 et 2021. Cependant, maladie et repos ne sont pas toujours allés de pair. Plus d'un manager sur deux indique en effet avoir poursuivi leur activité professionnelle durant l'arrêt.


Les congés maladie pour motif de SARS-CoV-2 ont doublé en un an

Dans les détails, 58 % d'entre eux annoncent avoir connu cette situation en 2021. Concernant l'an dernier, la proportion monte à 70 %. Des chiffres qui pourraient avoir provoqué un alourdissement des prises en charge médicales par leur organisme de mutuelle familiale.

Le baromètre révèle aussi que le taux de congés maladie causés par le SARS-CoV-2 a doublé entre 2020-2021. Sur l'ensemble des arrêts maladie octroyés au cours de cette année, 12 % étaient provoqués par cette affection. L'an dernier, ce pourcentage s'établissait seulement à 6 %. S'agissant des absences pour pathologie courante (rhume, grippe…), elles ont baissé à un quart du total. Soit un recul de 5 points par rapport à 2020.

Enfin, les congés pour épuisement professionnel ou troubles mentaux ont aussi évolué sur un an. Leur proportion a gagné 2 points pour grimper à 17 % du total en 2021. Les arrêts pour traumatismes et accidents (16 %) et ceux relatifs aux troubles musculosquelettiques (18 %) ont également progressé.

Les arrêts de travail sont de plus en plus souvent ordonnés

Le groupe mutualiste apprend également dans son baromètre que la fréquence des arrêts de travail semble plus élevée en 2021. Cette année, plus de quatre employés arrêtés sur dix (41 %) l'ont été deux fois au minimum. En 2019, seuls 37 % d'entre eux ont été concernés par le même cas. La directrice des services pour Malakoff Humanis, Anne-Sophie Godon-Rensonnet avertit :

10% s'arrêtent plus de trois fois. Quand il s'agit de périodes courtes, ce sont de vrais signaux de désengagement à l'égard de son travail ou de son entreprise et précurseurs d'un arrêt plus long.

De plus, les arrêts de travail se sont aussi révélés plus nombreux cette année. Toutes causes confondues, 38 % des employés s'en sont vu prescrire un durant les 12 mois avant l'étude. Pour information, celle-ci a été réalisée entre le 23 août et le 24 septembre 2021. Ce pourcentage apparaît plus élevé que celui enregistré l'an dernier, avec 36 %. Cependant, il s'avère inférieur aux 40 % toujours atteints entre 2016 et 2019.

Bien que plus nombreux comparés à 2020, les arrêts maladie ordonnés ne sont pas forcément observés par les travailleurs. Ainsi, 25 % des prescriptions sont en partie ou nullement respectées par les intéressés.