Pendant le confinement, la Nouvelle-Aquitaine a été largement épargnée par le coronavirus. Aujourd’hui, elle souhaite le rester. Pourtant, le nombre de foyers épidémiques sur le territoire est récemment passé de 3 à 10 en moins d’une semaine. Ainsi, les autorités locales invitent la population à faire preuve de plus de vigilance et à respecter les gestes barrières.

Au printemps dernier, la Nouvelle-Aquitaine a été en mesure de recevoir des patients Covid venant d'hôpitaux situés en Île-de-France et dans le Grand Est, les régions les plus touchées par l'épidémie. En effet, ses établissements hospitaliers n'ont pas été débordés, même au plus fort de l'épidémie. En pleine crise sanitaire, ce soutien était réellement apprécié par les soignants et les acteurs en assurance santé.

Toutefois, la situation risque de se dégrader rapidement si la population continue de négliger les mesures de précaution, comme l'a souligné l'ARS (Agence régionale de Santé). De plus, l'été est particulièrement propice aux contaminations dans cette région agricole et touristique.

Des indicateurs défavorables

L'ARS Nouvelle-Aquitaine a récemment décidé de placer la Gironde en « vulnérabilité modérée ». En effet, ce département a affiché une évolution négative des principaux indicateurs de la situation sanitaire. Les signaux d'alerte en la matière incluent notamment :

  • Le nombre de sujets testés positifs ;
  • L'apparition de nouveaux foyers épidémiques ;
  • La hausse de l'activité au niveau de SOS Médecins ;
  • Les nouvelles admissions liées au Covid-19 dans les hôpitaux.

Par ailleurs, les mesures barrières tendent à y être négligées, selon les autorités sanitaires. Il s'agit pourtant du département comptant le plus grand nombre d'habitants dans la région. La population a ainsi intérêt à changer d'attitude au risque de voir la situation se dégrader significativement et en très peu de temps.


Depuis peu, le nombre de patients admis en soins intensifs ou en réanimation a augmenté en Nouvelle-Aquitaine, d'après l'ARS. Ces services ont pris en charge 11 personnes en tout, avec 2 entrées supplémentaires, au cours de la semaine qui a suivi le point de situation du 10 juillet dernier. La région a également recensé 3 décès sur la même période.

Un contexte propice à la circulation du virus

Entre 2 points de situation hebdomadaires, l'ARS Nouvelle-Aquitaine a recensé 7 foyers épidémiques supplémentaires vers la mi-juillet. Cette hausse est considérable dans une région jusque-là peu touchée par l'épidémie. Sur les 10 clusters enregistrés :

  • 1 seul était localisé dans un EHPAD sis en Dordogne ;
  • 1 est associé à des travailleurs saisonniers dans les Landes ;
  • 2 sont liés à un réseau familial élargi, dans la Vienne
  • 6 sont dus à des fêtes privées, s'étant tenues entre autres à Brive, à Bordeaux et à Châtellerault.

Les autorités sanitaires locales sont réellement préoccupées par la multiplication soudaine des foyers sur le territoire. Ce phénomène peut en effet entraîner une propagation tout aussi rapide de la maladie au sein de la population. Comme l'a expliqué l'ARS, dans son communiqué relayé par BFMTV :

Ces cas sont dus au manque d'application des gestes barrières. […] La saison propice aux retrouvailles familiales et aux festivités diverses présente un contexte favorable à une reprise active de la circulation du virus en Nouvelle-Aquitaine, région, de surcroît, très touristique.

L'Agence appréhende également les retours des habitants après un séjour à l'étranger et l'arrivée massive des saisonniers dans cette région agricole.