L’épidémie de coronavirus sévit à Mayotte depuis environ 3 mois. Durant toute cette période, l’Agence régionale de santé (ARS) n’a pas vraiment été efficace selon France Assos Santé océan Indien. L’organisation incite donc l’établissement public à revoir sa stratégie face à la crise sanitaire actuelle. Elle propose également son aide aux autorités sanitaires locales.

Les défenseurs des usagers du système de santé peuvent être décisifs dans de nombreuses situations, par exemple, face à des anomalies dans une caisse d’assurance maladie. À Mayotte, France Assos Santé océan Indien rassemble plusieurs associations locales œuvrant dans le domaine. Tous ces acteurs participent ainsi à la protection des Mahorais en matière de santé.

Le réseau a récemment adressé un courrier à la direction de l’ARS Mayotte pour dénoncer son inefficacité dans la lutte contre le Covid-19. L’initiative vise également à attirer l’attention de l’exécutif sur les défis propres à ce territoire. France Assos Santé attend la réponse de l’agence avant d’alerter le ministère de tutelle si nécessaire.

De graves manques d’équipements

Depuis l’arrivée du coronavirus sur l’île, Mayotte souffre d’un manque non négligeable d’équipements pour faire face à la crise sanitaire. Pourtant, la politique adoptée par l’ARS n’arrange pas cette situation déjà problématique, selon le réseau défendant les usagers du système de santé.


Comme le souligne Joëlle Rastami, de la section mahoraise du réseau France Assos Santé :

Ici, on ne connaît pas la réalité de la situation, puisqu’il n’y a pas eu beaucoup de tests, 8 800, soit à peine une centaine par jour. Il faut une campagne massive de tests, pour avoir une meilleure vision de la situation et prendre les mesures qui s’imposent. […] Mais sans test, on ne dépiste pas de personnes positives.

La Guyane était encore récemment dans le même cas. Les habitants ont toutefois milité pour obtenir plus de tests et ont fini par obtenir gain de cause. Depuis, le nombre de cas confirmés y a été multiplié par 6. Les associations locales redoutent l’apparition d’un scénario similaire à Mayotte.

Les équipements de protection manquent également sur l’île, même pour les professionnels de santé. Le réseau réclame ainsi une amélioration de l’approvisionnement pour le personnel indispensable dans la lutte contre la pandémie. En outre, il exhorte l’ARS à mettre en place une formation dédiée aux entreprises pour assurer la sécurité des travailleurs durant la reprise des activités.

Une organisation peu satisfaisante

Les membres du réseau France Assos Santé océan Indien reconnaissent les efforts déployés par les autorités locales pour informer le grand public pendant la crise sanitaire actuelle. Cependant, ces messages risquent de rater leurs cibles à cause de problèmes dans la forme et dans l’exécution de la campagne.

Selon Joëlle Rastami :

Certains messages sont traduits et transcrits en shimaore, mais en lettres latines, alors qu’une grande partie de la population ne sait lire ces caractères. De même, des messages ont été transcrits en caractères arabes, mais cette transcription a été mal faite au point que le sens du message soit perdu.

Outre le Covid-19, Mayotte doit faire face à une épidémie de dengue actuellement. Cette maladie occasionne maints désagréments à la population. Ainsi, elle devrait être incontournable dans la stratégie de communication de l’Agence régionale de santé.


Dans la lettre adressée à l’ARS, France Assos Santé océan Indien dénonce également l’organisation des distributions de l’aide alimentaire et des cartes prépayées pour l’eau. Ces événements ont en effet provoqué des mêlées inconcevables alors que le coronavirus se transmet par les contacts rapprochés.

Enfin, les autorités locales ne cessent d’insister sur le lavage des mains pour se prémunir du Covid-19. Pourtant, 3 Mahorais sur 10 n’ont pas accès à l’eau courante. De plus, les commerces connaissent une pénurie de savon liquide en ce moment.