Malgré les bienfaits qu’elle semble apporter à de nombreux patients, l’homéopathie n’a jamais réussi à obtenir un autre statut que celui de « médecine alternative ». Aucune étude scientifique n’est parvenue à établir son efficacité de manière incontestable. Dans ces conditions, l’Assurance maladie ne trouve pas de raison qui justifie son remboursement.

Le patient devra tout prendre en charge

La nouvelle est loin d'être anodine, mais n'est pas non plus une surprise. Depuis le début de l'année dernière, il se dessinait un certain désengagement de la Sécurité sociale vis-à-vis de l'homéopathie.

Aujourd'hui, cela se concrétise puisque l'assurance maladie ne couvre plus ce type de soins, et ce, depuis le début de cette année.

La raison de cette décision, déjà annoncée au préalable par Agnès Buzyn, du temps où celle-ci était ministre de la Santé, est que les petits granulés achetés par les patients pour leur traitement homéopathique n'ont jamais vraiment prouvé leur efficacité, du moins selon les critères de la science.


Il est important de noter que les consommateurs des petits granulés n'ont pas été prévenus de cette mesure. L'exécutif a, en effet, opté pour la méthode de sevrage progressive, se contentant, dans un premier temps, de ramener le taux de couverture par l'assurance maladie à 15 % au lieu de 30 %.

Des voix s'élèvent

Il fallait s'y attendre, une telle décision suscite forcément de vives réactions, plus particulièrement de la part des laboratoires qui font de ces granulés leur produit phare.

Parmi les plus grands perdants de cette décision, les laboratoires Boiron ont déjà annoncé des plans d'austérité et ont dû se séparer du tiers de son personnel. Ceci représente en tout 646 professionnels mis au chômage.

Face à cette situation, des voix s'élèvent, notamment chez les professionnels soignants qui mettent en avant les bienfaits de l'homéopathie.

Selon eux, si l'efficacité de l'homéopathie sur le plan strictement médical ne peut être établie, le fait que le traitement améliore considérablement l'état du patient est un fait avéré. L'homéopathie repose sur un effet placebo qui, contrairement à la croyance populaire, peut être vraiment bénéfique pour la santé.

Beaucoup s'accordent donc à dire que la décision prise par le gouvernement a été un peu trop précipitée et que l'exécutif n'a pas tenu compte du fait que, inoffensifs ou pas, pour bon nombre de Français, les fameux granulés restent essentiels.