Le monde de l’assurance a commencé à se familiariser avec le digital en proposant un parcours entièrement en ligne. Les plus grands acteurs du secteur se sont prêtés au jeu. Mais la digitalisation a atteint un tout autre niveau avec l’arrivée des assurtechs. Ces nouveaux acteurs « disrupteurs » sont aux compagnies d’assurance ce que les fintechs sont aux banques.

Un parcours client centré sur l'ergonomie et la rapidité

Les assurtechs sont des compagnies d'assurance, mais en plus évoluées pour répondre aux attentes des consommateurs.

Leurs compétences en matière de technologie leur permettent de proposer des services innovants, mais surtout plus simples d'utilisation à leurs clients.

Sans complètement renoncer à l'interaction humaine, les assurtechs se sont donnés pour mission d'automatiser le plus possible les processus qui peuvent l'être afin d'accélérer les services.

Ainsi, les clients souscrivent plus rapidement aux offres d'assurance, mais voient également le délai de remboursement raccourci de manière significative.

Une transition qui ne s'est pas faite de manière brusque

Avant de passer aux assurtechs, les assurés ont eu le temps de se familiariser avec le digital en utilisant les services en ligne des assureurs dits traditionnels.


La digitalisation étant un concept relativement nouveau, les clients ont dû apprendre à y évoluer, à en tirer avantage et surtout à lui faire confiance, notamment en ce qui concerne leurs données personnelles (sécurisation, confidentialité…).

Toutes les facettes de l'assurance

Les start-ups de l'assurance ne manquent pas d'ambitions et aspirent à devenir des licornes, c'est-à-dire être valorisées à plus d'un milliard d'euros.

Pour y parvenir, elles ne lésinent pas sur les moyens et veillent à ce que leur catalogue d'offres soit le plus complet possible : de l'assurance auto à l'assurance de prêt, en passant par l'assurance santé et les mutuelles. En ayant recours à un comparateur mutuelle santé, le particulier a de grandes chances de tomber sur l'une de ces jeunes pousses.

En France, l'assurtech spécialisée dans l'assurance santé en ligne Alan semble déjà sur le chemin qui la mène vers ce statut de « licorne ».

Elle affiche actuellement un revenu annuel supérieur à 100 millions d'euros. Les prochaines étapes seront d'atteindre la barre du million de clients (180 000 à l'heure actuelle) et de s'exporter en Belgique et en Espagne.

Dalma, pour sa part, s'est lancée à l'assaut du marché de l'assurance santé pour animaux. Le concept semble prometteur et séduit les investisseurs. En témoignent les 2 millions d'euros récoltés par la start-up dans le cadre d'un tour de table rondement mené en mai dernier.