Selon l’AFP, les fabricants de vaccins antigrippaux ont augmenté leur production pour 2020-2021 afin de participer aux efforts contre la pandémie de Covid-19. Cette initiative permettra notamment de limiter la pression de la grippe sur le système de santé en cas de seconde vague épidémique. Ainsi, les autorités sanitaires soutiennent cette démarche favorable à leur stratégie de gestion de crise.

La grippe saisonnière amène généralement à solliciter davantage le personnel hospitalier et les contrats de mutuelle santé. L'année dernière, cette maladie a encore fait entre 24 000 et 62 000 victimes, seulement aux États-Unis. Les autorités sanitaires poursuivent ainsi les campagnes de prévention à travers le monde.

Dans le contexte sanitaire actuel, l'enjeu de la vaccination contre la grippe prend une tout autre ampleur. En effet, la pandémie de Covid-19 tend à accaparer l'attention et les ressources d'un système de santé. Ainsi, ce dernier ne pourra pas supporter la tension créée par une autre épidémie. Les fabricants de vaccins se sont donc mobilisés pour éviter la survenue d'une situation ingérable.


Des épidémies corrélées

En février et en mars 2020, l'OMS et les agences sanitaires nationales ont déterminé quatre souches virales susceptibles de se propager dans l'hémisphère nord au prochain hiver. Les fabricants de vaccins ont ensuite préparé des centaines de millions de doses pour une première livraison dès l'été. Ils ont créé des versions inactives des virus jusqu'au printemps, puis ont mis les vaccins en seringue en vue de leur distribution.

Outre-Atlantique, l'ensemble de ce processus se déroule sur deux sites des laboratoires Sanofi Pasteur dans les États de Pennsylvanie et de New York. Ces usines sont connues du grand public comme étant un potentiel lieu de fabrication d'un vaccin anti-Covid. Le gouvernement américain a d'ailleurs débloqué 2 milliards de dollars pour financer l'amélioration des lignes de production du groupe.

Le laboratoire Seqirus, pour sa part, déclare être déjà prêt à assurer la distribution des futurs vaccins contre le Covid-19. Comme l'a souligné son directeur des opérations commerciales en Amérique du Nord, Dave Ross :

Nous avons tout ce qu'il faut et nous travaillons de près avec nos fournisseurs de flacons et seringues pour les prochaines années.

Le renforcement de la vaccination antigrippale mis à part, il est possible que des prévisions optimistes se concrétisent au prochain hiver. Selon celles-ci, grâce aux mesures sanitaires préconisées contre l'épidémie de Covid-19, l'incidence de tous les agents pathogènes respiratoires, y compris les virus de la grippe, est réduite.


Une campagne de vaccination non négligeable

Jusqu'à 198 millions de vaccins antigrippaux seront produits cette année, contre 175 millions de doses pour 330 millions d'habitants en 2019. Il s'agit d'une hausse de 11 % en un an, comme l'indiquent les CDC (Centres de contrôle et de lutte contre les maladies).

Du côté des laboratoires, Seqirus annonce une hausse de 15 % de sa production, à raison de 60 millions de doses cette année, contre 52 millions l'hiver dernier. De même, Sanofi Pasteur table sur la fabrication de 10 millions de vaccins supplémentaires, en passant de 70 millions de doses à 80 millions. Pour le groupe français, la hausse s'établit actuellement à 20 % à l'échelle mondiale.

Cette forte progression de la production s'explique notamment par l'augmentation de la demande des clients, d'après Michael Greenberg, responsable au sein de Sanofi Pasteur. Par exemple, le grand réseau de distribution CVS a doublé sa commande par rapport à l'année dernière et attend 18 millions de doses cette saison. Dans ce contexte, le laboratoire français a effectué ses premières livraisons plus tôt par rapport à l'année dernière.

En définitive, l'augmentation de la quantité de vaccins antigrippaux disponibles permettra de limiter l'impact à long terme du Covid-19 tant redouté par les spécialistes. La pandémie tend en effet à accaparer l'attention de la population et des autorités sanitaires à l'échelle mondiale. Cette situation est particulièrement préjudiciable à la santé publique face à d'autres maladies comme la grippe.