Mise en place en novembre 2019, la complémentaire santé solidaire (CSS) peine à trouver son public. En effet, un premier bilan de cette aide simplifiée pour les ménages les plus modestes montre une baisse du nombre de bénéficiaires en comparaison avec les deux dispositifs auxquels elle se substitue.

Nouvelle aide en remplacement de la CMU-C et de l'ACS

La complémentaire santé solidaire ou CSS est née le 1er novembre dernier de la fusion de la couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C) et de l'aide au paiement d'une complémentaire santé (ACS) :

  • la première permet aux Français les moins aisés d'être couverts par une mutuelle santé publique gratuite,
  • l'autre finance en partie le coût d'une complémentaire.

La CSS permet aux assurés de ne pas avoir à régler la facture pour les soins des spécialistes ou les hospitalisations, et d'éviter les dépassements d'honoraires pour les consultations.

L'accès est conditionné aux plafonds de revenus fixés par l'Assurance maladie, et les ressources des assurés déterminent le montant de la cotisation pour la complémentaire. Celui-ci peut être nul pour les plus modestes, et dépend de la composition du foyer et de l'âge des assurés pour les autres. Un simulateur de droit est disponible en ligne pour permettre à chacun de vérifier son éligibilité.

Écart notable entre les objectifs et les adhésions effectives

Le nouveau dispositif a été créé notamment pour toucher entre 9,5 et 12 millions de personnes. Or, le Fonds de la Complémentaire santé solidaire annonce un retard par rapport aux prévisions, puisqu'à fin février 2020, le CSS ne comptait que 6,93 millions de bénéficiaires, soit 267 000 de moins que ceux de la CMU-C et de l'ACS cumulés. Cela correspond à une diminution de 3,7 % sur quatre mois.


Franck Von Lennep, directeur de la Sécurité sociale, explique ce décalage par « la jeunesse de la CSS » et déclare que son déploiement nécessite « un petit peu de temps », soulignant que « des actions de communication sont prévues ».

De son côté, Nicolas Revel, directeur de l'Assurance maladie, évoque

Des retards dans le basculement d'anciens bénéficiaires de la CMU-C gratuite ou de l'ACS avec participation financière.

En 4 mois, les effectifs ont chuté respectivement de 5,9 à 5,76 millions de personnes (-150 000) et de 1,3 à 820 000 personnes. S'agissant de l'ACS en particulier, les 360 000 adhérents de la nouvelle aide ne compensent pas les contrats arrivés à échéance.