La prévalence de la baisse d’audition, touchant 10 % de la population française, souligne un enjeu de santé publique. En effet, seulement 17 % des personnes concernées portent des appareils auditifs. Des chercheurs américains ont analysé des données nationales. Ils ont découvert une corrélation entre l’utilisation régulière de prothèses et une réduction significative du risque de décès.

Les bienfaits insoupçonnés des prothèses auditives sur la durée de vie

L'étude et ses révélations inattendues

Entre 1999 et 2012, soit treize ans de suivi et d'analyses, l'enquête nationale américaine sur la santé et la nutrition a impliqué 10 000 adultes.

Menée par Janet Choi, première autrice de l'étude et oto-rhino-laryngologiste avec la collaboration de scientifiques de l'Université de Californie du Sud, elle a dévoilé des constats surprenants.

Seulement 13 % des personnes souffrant de perte d'audition portent quotidiennement des prothèses auditives, et 80 % d'entre elles n'en ont même jamais utilisé.

Les chercheurs ont suivi ces participants pendant une décennie, révélant une différence de près de 25 % dans le risque de mortalité entre les utilisateurs réguliers et les non-utilisateurs.


Les hypothèses face à cette découverte et les conséquences sous-jacentes

L'équipe de Janet Choi a élaboré des hypothèses basées sur d'autres études. Des recherches antérieures ont souligné la diminution de l'espérance de vie liée à une baisse d'audition non prise en charge, avec des conséquences telles que la marginalisation, la dépression, et la dégénérescence mentale.

De plus, des études plus récentes pointent vers une amélioration de la santé mentale et de la cognition grâce à l'utilisation des prothèses auditives, réduisant ainsi les risques de mal-être et de démence. Ces bienfaits contribuent à une meilleure santé globale, prolongeant potentiellement la durée de vie.

Synthèse et perspectives futures

En conclusion, l'étude révèle une corrélation significative entre l'utilisation régulière d'appareils auditifs, le bien-être et une réduction du risque de décès. Ces découvertes soulèvent des questions cruciales sur les mécanismes sous-jacents à ce lien, tout en mettant en lumière l'importance de la gestion de la perte auditive.

Les personnes en perte d'audition n'ont plus qu'à consulter, sans oublier de souscrire à une mutuelle santé pour combler les 40 % non pris en charge par l'Assurance maladie pour les prothèses auditives.

A retenir : 
  • L'étude américaine sur la prévalence de la perte auditive révèle que seuls 17 % des concernés utilisent des prothèses.
  • Une enquête de treize ans impliquant 10 000 adultes montre une réduction de 25 % du risque de décès chez les utilisateurs réguliers.
  • Des hypothèses suggèrent que ces appareils peuvent prévenir la dépression et la démence.
  • Ces résultats soulignent l'importance de la gestion de la perte auditive pour améliorer la qualité de vie et potentiellement influencer positivement la durée de vie des patients.