Il s’agit surement d’une avancée majeure dans la recherche pour soigner la cataracte. Un traitement médicamenteux semble donner des résultats très prometteurs. Et si les promesses se confirment, il se peut que la chirurgie ne soit plus obligatoire dans le futur. Au vu de ce que pourrait coûter l’intervention de ce type, un médicament se révèlerait salutaire pour bien des malades.

Exit les bistouris, quelques gouttes suffisent

Le coût d'une intervention chirurgicale pour soigner une cataracte peut facilement atteindre les 1 000 euros ou plus par œil. Or, la Sécurité sociale ne rembourse qu'une partie de ces frais médicaux, à hauteur de 271,70 euros par œil.

Pour faire face au reste à charge, le patient est dans la quasi-obligation de trouver une mutuelle pas cher. Ceux qui n'en ont pas la possibilité n'ont d'autres choix que de renoncer aux soins alors que, dans la majorité des cas, la cataracte finit par entrainer une cécité. Pour information, en France, 43 % des cas de cécité ont pour cause la cataracte et environ 450 000 opérations sont effectuées chaque année.

Mais ce chiffre pourrait être revu largement à la baisse puisqu'un traitement médicamenteux serait possible. Des recherches de longue date affichent des résultats encourageants, notamment l'usage du stérol, un lipide proche du cholestérol.

Les tests ont commencé en 2015 sur des souris âgées ainsi que sur des yeux humains conservés in vitro. Les résultats des observations et des analyses ont démontré que le stérol utilisé est capable à chaque fois de restaurer ce que les chercheurs appellent « la solubilité du cristallin ».

En d'autres termes, le stérol améliore la transparence du cristallin qui est devenu plus opaque du fait de l'agglutination de protéines fragmentées. Jusqu'ici, seule une intervention chirurgicale permet de « retirer » ces protéines, et si la formule fonctionne, les soins pourraient « se résumer » à l'administration de quelques gouttes de collyre à base de stérol.

Un traitement moins invasif et moins coûteux

Pour l'heure, le traitement au stérol n'a pas encore reçu d'homologation. Mais si les résultats se confirment et qu'un nouveau protocole est adopté pour soigner la cataracte, il soulagerait les patients de bien des tracas. Les soins seraient moins coûteux et le traitement générerait largement moins de stress que lorsque le patient doit passer par la phase opération.