Pour pallier la forte recrudescence de la pandémie de Covid-19, plusieurs gouvernements ont dû renforcer les mesures précédemment instaurées dans leur pays. Pour la France notamment, la présentation du pass sanitaire est devenue impérative pour accéder à certains endroits. Une initiative à laquelle plusieurs personnes sont quand même arrivées à détourner.

L'extension du pass sanitaire à de très nombreux endroits du quotidien est entrée en vigueur depuis le 9 août dernier. Dorénavant, la présentation de cette preuve de santé est le « sésame » pour se rendre à des lieux de cultures et de loisirs, à des bars et restaurants, à l'hôpital ou pour prendre un moyen de transport de longue distance.

Un dispositif qui ne manque pas pour autant de faire actuellement l'objet de plusieurs types d'arnaques. Et le nombre de fraudes recensées semble se multiplier au point que pour pallier la situation, l'assurance maladie a tiré sur la sonnette pour que son personnel soignant fasse plus attention en ce qui concerne l'authentification de leur identité.


Le nombre de fraudes s'accroit

Hôpitaux, bars et restaurants, cinémas, concerts, bibliothèques, musées, salles de théâtres, discothèques, parcs d'attractions, foires et salons, piscines, stades, salles de sport, certains transports publics et grands centres commerciaux… De très nombreux lieux exigent depuis le 9 août la présentation d'un pass sanitaire, s'agissant d'un test négatif au SARS-CoV-2 de moins de 72 heures ou d'une preuve de vaccination complète.

Force est de constater que plusieurs individus arrivent à contourner ce dispositif en utilisant de faux documents. De fait, plusieurs réseaux de trafic de certificat de vaccination ont été appréhendés par les autorités. En Seine-Saint-Denis, entre autres, un agent contractuel de l'Assurance maladie travaillant au vaccidrive de Villepinte a vendu sur Snapchat 200 QR codes falsifiés qu'il aurait conçus.

Le 14 août dernier, c'est dans les Yvelines que 111 personnes ayant obtenu et utilisé de fausses attestations ont été décelées par un secrétaire du centre de vaccination de Saint-Quentin-en-Yvelines. À noter qu'en procédant ainsi, les usurpateurs peuvent circuler où bon leur semble comme s'ils disposaient d'un pass sanitaire valide.

Protéger les comptes professionnels des tentatives de piratage

Devant la tendance haussière des tentatives frauduleuses, voire des fraudes avérées, des stratégies ont été mises en place par la Sécu. Parmi elles, la mise en garde des soignants au sein même de l'organisation contre un éventuel piratage de leur compte professionnel, en vue d'une délivrance du certificat de vaccination


D'après l'Assurance maladie, il serait fort possible que les comptes professionnels des personnels soignants puissent être piratés. À savoir, le concerné doit saisir son numéro e-CPS, attendre l'arrivée d'un code secret via une notification puis le composer, à chaque nouvelle session sur l'application Vaccin Covid. Aussi, doit-il impérativement garder personnel son code, voire ben garder sur lui son téléphone. À Ameli d'ajouter :

L'accès à Vaccin Covid repose sur un système de sécurité à double identification.

Certes, le code secret du soignant pourrait être piraté. Pour pallier ce risque, l'Assurance maladie conseille de :

  •  Ne pas répondre à une demande d'authentification, si le soignant n'a pas ouvert une session dans Vaccin Covid ;
  •  De vérifier d'abord qui est à l'origine de la demande ;
  •  D'être vigilant en cas de réception de demandes d'authentification en dehors des sessions de vaccination ou à des horaires inhabituels ;
  •  D'avoir un œil sur ce que la personne saisie sous sa responsabilité fait quand celle-ci doit utiliser sa session.