En France, les professionnels de santé ont validé quelques 44 millions de résultats de dépistage du Covid-19 en janvier 2022. D’après le ministère de la Santé, ce seul mois entraînera un coût d’environ 1,5 milliard d’euros pour les finances publiques. L’ensemble des dépenses depuis l’apparition du Covid-19 s’établit à un niveau plus élevé.

Fatigante pour les professionnels, la campagne de tests Covid-19 menée massivement en France pèse lourd sur les caisses de l'État. Cette année, la note cumulée depuis le commencement de la crise sanitaire devrait franchir la barre des 10 milliards d'euros. D'après le ministère des Finances, l'addition devrait s'élever approximativement à 1,5 milliard d'euros pour le seul mois de janvier 2022. Néanmoins, le moment n'est pas encore venu de modifier les grandes lignes de la campagne. D'ailleurs, l'Exécutif a permis aux pharmacies d'ouvrir le dimanche afin d'opérer des missions de lutte contre le coronavirus. Ce qui se traduit surtout par la vaccination et les dépistages.


166 millions de tests ont été réalisés en 2021

Cette mesure d'ouverture des pharmacies a été adoptée en réaction à la :

  • Stabilisation de la demande de test à un palier extrêmement élevé ;
  • Propagation du Covid-19.

Toutefois, la question d'un changement des règles de la campagne se posera certainement en cas de confirmation d'une baisse des infections. Une éventualité dont les effets toucheront aux activités des entreprises proposant de mutuelle pas cher.

Au total, la France a homologué environ 250 millions de résultats de dépistage depuis juin 2020. Près de 66 % de ceux-ci ont été pratiqués en 2021. Cependant, avec la cinquième vague, la demande s'est envolée à des niveaux sans pareil. Approximativement 87 millions de dépistages ont été accomplis entre novembre 2021 et janvier dernier inclus. Parmi eux, 44 millions ont été réalisés sur le seul mois passé.

Cependant, les pharmacies et les laboratoires constatent un recul du nombre de tests. Entre les 24 et 30 janvier 2022, les professionnels de santé ont validé moins de 10 millions de dépistages après un mois de janvier particulièrement chargé. Le ministère de la Santé a précisément compté 9,29 millions de prélèvements sur cette période. Un peu moins de 6,20 millions d'unités ont été antigéniques.

La demande de dépistage a décliné depuis peu

La Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees) souligne :

Avec la cinquième vague début novembre, le volume de tests a fortement augmenté jusqu'à atteindre un pic de plus de 2 millions de tests validés le 10 janvier 2022. Il amorce une décrue depuis deux semaines.

La demande s'est tassée après un pic durant la semaine du 3 janvier dernier, avec quelque 12 millions de prélèvements. Le record journalier demeure celui enregistré le 10 janvier, avec environ 2,2 millions de tests en 24 heures. Entre les 24-30 janvier 2022, 1,33 million de dépistages étaient en moyenne effectués au quotidien. Comparativement aux semaines précédentes, ce chiffre a régressé.

Pour toutes les tranches d'âge, et plus spécialement chez les 25-16 ans et les 0-15 ans, la demande se contracte. Pareillement, le nombre de tests salivaires a diminué pendant la dernière semaine de janvier 2022. Ces variations découlent principalement des ajustements du protocole appliqué dans les écoles. L'amoindrissement notable du nombre de prélèvements (-1,37 million comparé à la semaine précédente) permet également d'apaiser la tension sur le secteur. La Drees soutient par ailleurs que comparativement à la semaine du 24 janvier :

La part des tests (ensemble des tests RT-PCR et antigéniques) validés en moins de 24 heures augmente légèrement […] à 98 % cette semaine (contre 97 % la semaine précédente).