En France, plusieurs individus ont obtenu une immunité au SARS-CoV-2 depuis le début de l’année 2022 grâce à une infection. Concernant la vaccination, l’Exécutif ne parviendra pas à son objectif de 25 millions d’inoculations en cinq semaines. Néanmoins, sur Instagram, Facebook et Twitter, le ministre de la Santé a exhorté la population à se vacciner.

La vaccination contre le SARS-CoV-2 ralentit en France, avec une forte décélération entre le 22 et le 28 janvier 2022. Au ministère de la Santé, l'on admet qu'au cours de cette semaine, la cadence s'est révélée médiocre. En sept jours, le nombre d'injections effectuées s'est élevé à seulement 1,3 million, dont 1,2 million de rappels. Comparé à l'objectif que s'était fixé le gouvernement au début du mois dernier, un écart significatif se dégage.

À ce propos, à cette date, Olivier Véran, le ministre de la Santé avait encouragé à réaliser une prouesse. Il ambitionnait d'administrer en moyenne 5 millions de doses hebdomadaires.


Les scores demeurent malgré tout appréciables

En détail, Olivier Véran s'était fixé comme but d'atteindre 25 millions d'inoculations entre le 1er janvier et le 15 février 2022. Au 27 janvier dernier, seulement 12,1 millions d'injections ont été recensées au total.

Cette différence résulte principalement d'une vague épidémique très forte, qui a notamment affecté l'activité des comparateur mutuelle santé, dans l'Hexagone. Depuis le début de l'année, celle-ci a infecté des millions de personnes, jusqu'à 500 000 cas quotidiens diagnostiqués. Or une contamination représente généralement une dose en moins à administrer.

Malgré tout, les scores tricolores au 28 janvier 2022 semblent relativement élevés avec un total de :

  • Près de 54 millions de primo-vaccinations ;
  • 35 millions de rappels.

À la même date une montée progressive des primo-injections a été constatée :

  • 140 000 depuis le 22 janvier 2022 ;
  • 992 000 depuis le début de l'année.

Dans l'entourage du ministre de la Santé, l'on se réjouit :

C'est tout de même la taille d'une grande ville chaque semaine.

Dans ce cadre, le pass vaccinal cessera d'être valide le 15 février prochain pour de nombreux adultes. Ceux qui auront achevé leur schéma de vaccination initial depuis quatre mois ou plus, mais qui auront :

  • Soit omis de recevoir une dose de rappel ;
  • Soit évité une contamination au SARS-CoV-2.

Des millions de Français pourraient bientôt perdre leur pass vaccinal

D'après le ministère de la Santé, le nombre d'individus exposés à ce risque s'établissait à 9 millions au 25 janvier 2022. Le même département dévoile que trois jours plus tard, il s'est déjà replié à 7,5 millions. Néanmoins, la majorité de cet effectif pourra sûrement garder leur pass. Selon les prévisions internes du ministère de la Santé, cette population devrait recenser d'ici au 15 février prochain :

  • Au moins 3,6 millions de vaccinations déjà planifiées ;
  • 800 000 nouveaux cas positifs au SARS-CoV-2.

À l'approche de cette échéance, il reste donc approximativement 3 millions d'adultes courant le risque de perdre leur pass. Toutefois, ils peuvent encore programmer un rendez-vous pour recevoir une troisième injection, car les doses sont disponibles, à profusion. Sur les réseaux sociaux, Olivier Véran a lancé un appel en ce sens. Il a déclaré que le nombre de rendez-vous ouverts dépassait les 2 millions, avant de continuer :

Nous augmenterons l'offre lorsque la demande augmentera et le justifiera.