D’après Le Globe & Mail, les assureurs canadiens ont constaté une augmentation de plus de 40 % de leurs ventes de contrats en ligne cette année. La hausse dépasse même 50 % chez les actifs âgés de moins de 40 ans. Selon les spécialistes, ce phénomène vient notamment du sentiment d’angoisse et d’incertitude provoqué par la crise sanitaire actuelle.

En général, les professionnels de l'assurance santé proposent une formule spécifique pour garantir la sécurité financière d'un foyer en cas de décès du souscripteur. En effet, cette disparition entraînera nécessairement une perte non négligeable de ressources pour le ménage. La couverture contractée permet d'anticiper et de compenser cette baisse soudaine de revenus.

Il s'agit de l'assurance-vie, qui implique le versement d'une somme pouvant être plus ou moins conséquente aux proches du souscripteur après son décès. Outre en agence, ce type de protection peut désormais être souscrit en ligne comme tous les autres produits fournis dans le secteur.

Une couverture particulièrement recommandée pour certains profils

Selon les spécialistes, une assurance-vie devient nécessaire dès la création d'un rapport de dépendance financière entre plusieurs individus. Ce besoin apparaît notamment chez les nouveaux parents. À travers cette couverture, ils seront en mesure de préserver le niveau de vie de leur foyer malgré la disparition d'un membre du couple.


Ce type de contrat est particulièrement indispensable pour les parents disposant de peu d'actifs. Leurs enfants ne doivent pas forcément être en bas âge. L'essentiel est qu'ils soient encore à la charge des parents durant un certain temps. Les offres en la matière varient sensiblement en fonction des revenus et du train de vie des assurés.

En règle générale, le montant des primes est assez faible pour les clients jeunes. En revanche, le coût de l'assurance-vie est plus élevé pour les personnes âgées. Ces dernières sont en effet caractérisées par un risque de décès plus élevé.

L'indemnisation n'est pas systématique en cas de décès du titulaire du contrat

Les assurances en ligne se démarquent essentiellement par leur grande praticité. Les consommateurs peuvent en effet souscrire une protection en quelques clics et sans se déplacer en agence. Toutefois, ce parcours client simplifié implique souvent des lacunes dans la couverture. Les bénéficiaires sont notamment davantage susceptibles de ne pas recevoir d'indemnisation.

Habituellement, la souscription d'une assurance-vie requiert des examens médicaux en amont. Les formules dématérialisées permettent de passer outre cette étape et d'acheter directement le produit de son choix. Or, la suppression de la consultation entraîne souvent une augmentation significative des clauses d'exclusion.

Il existe d'autres situations dans lesquelles les risques de refus d'indemnisation sont importants. Tel est notamment le cas lorsqu'une pathologie préexistante est suspectée chez un client ausculté par un médecin avant la souscription d'un contrat d'assurance-vie. Par ailleurs, si l'assuré décède dans les deux années suivant l'adhésion à la couverture, la compagnie restituera tout simplement les cotisations versées.