Au Canada, l’état financier de la population s’améliore. En dépit de cette situation, de nombreux habitants demeurent toutefois à la recherche de nouvelles opportunités professionnelles. Ceci pour obtenir une paie plus conséquente afin de remédier à leur instabilité financière. Sur ce point, la capacité de plusieurs Canadiens à supporter des dépenses imprévues s'avère assez limitée.

Solutions Mieux-Être Lifeworks a publié le 4 octobre 2021 son dernier rapport trimestriel de l'Indice de mieux-être (IMF). Un document qui renferme de nombreuses informations sur la santé financière des Canadiens au cours de l'été 2021. Celui révèle notamment que 74 % de cette population affirment être prêts à changer d'employeur pour décrocher une revalorisation salariale. Les experts concluent que sur le plan professionnel, la rémunération reste l'élément primordial de la satisfaction des Canadiens.

Plusieurs sondés confient même être ouverts à l'idée d'abandonner un travail qui les rend heureux pour une hausse de salaire. 17 % avouent être disposés à partir pour une hausse d'au moins 50 %.


L'économie se redresse

22 % des Canadiens se déclarent prêts à changer de métier pour une augmentation salariale de 20 %. Associé au sein de Solutions Mieux-Être Lifeworks, Yann Lussier commente :

L'incapacité à atteindre une certaine liberté en matière de finances personnelles est un facteur de stress important pouvant nuire au mieux-être global des Canadiens. Même si l'économie reprend de la vigueur actuellement, l'enquête montre que de nombreux employés sont dans une situation financière instable et recherchent de nouvelles possibilités d'emploi.

À ce sujet, le dernier IMF dévoile un fait marquant sur la capacité des Canadiens à assumer les imprévus financiers. 26 % d'entre eux estiment être dans l'impossibilité d'en supporter à hauteur de 2 000 euros ou plus. Pour pallier ce problème, souscrire une mutuelle familiale se présente comme une solution envisageable. Cette formule d'assurance prend en charge les frais médicaux des membres de la famille en cas de soins éventuels.

Ceux qui ont gardé leur salaire pendant la crise sanitaire sont 2,5 fois plus probables d'endurer des dépenses inattendues. Une valeur tirée d'une comparaison avec ceux qui ont vu leurs heures de travail ou leur salaire être réduits.

Les séquelles de la Covid-19 se font toujours ressentir

Comparativement au trimestre précédent, les scores globaux sont restés stables ou ont progressé dans toutes les dimensions du mieux-être financier. Dans chaque province canadienne, la note moyenne des sondés reste néanmoins inférieure à la valeur de référence de 2019. La seule exception à ce constat a été relevée en Colombie-Britannique. Au Québec, l'IMF de l'été 2021 s'élevait à -1,4.


Durant une période de paie ordinaire, 33 % des Canadiens consomment l'intégralité, voire plus, de leur salaire. Yann Lussier ajoute :

Les participants qui ont des enfants sont deux fois plus susceptibles de dépenser plus que leur salaire.

L'étude montre que l'état financier influe fortement sur la productivité. Lorsque l'Indice des sondés s'établit en-dessous de la moyenne, cette dernière diminue. À ce titre, les hommes affichent un score de mieux-être supérieur à celui des femmes. Les deux profils présentent respectivement une note de +0,3 et -3,5.

Si la santé financière de la population s'améliore au Canada, l'indice IMF tombe toujours dans le négatif. Ce qui est contraire à celui d'avant la crise sanitaire, en 2019.