Le cancer peut être évité grâce au sport ou à des activités physiques simples mais régulières

Les personnes actives sont sans conteste en meilleure santé que les partisans de la sédentarité. De fait, les nombreuses vertus procurées par l’activité physique se reflètent essentiellement par une sensation de bien-être qui aide à diminuer le stress à l’époque actuelle où la vie s’apparente à une course contre la montre.

Mais l’on s’accorde également à dire que la pratique régulière du sport, ou du moins d’exercices physiques élémentaires tels que la marche et la montée d’escalier optimisme le maintien d’un poids de référence. Ce qui est d’ailleurs un excellent moyen de se prémunir contre l’apparition de maladies chroniques, dont parmi les plus ravageuses se trouvent plusieurs types de cancers, entre autres ceux du sein et du côlon.


Toute activité physique est bénéfique pour la santé

La fin des vacances et le retour de l’automne riment généralement avec reprise de la scolarité et du travail. Et il va sans dire que revenir au bureau ou sur les bancs de l’école implique le plus souvent à davantage de sédentarité. Or, ce mode de vie n’est pas des plus bénéfique pour la santé.

Et c’est d’ailleurs prouvé scientifiquement que l’activité physique régulière diminue nettement la probabilité de contracter certaines maladies devenues aujourd’hui très courantes, comme les pathologies cardiovasculaires.

De fait, une étude menée par les chercheurs du National Institute of Health américain a révélé que le risque de mort subite chez les individus de troisième et quatrième âge (de 70 à 82 ans) régresse de 30% pour ceux ayant été auparavant très actifs dans leur quotidien.

Certes, une bonne hygiène de vie contribue aussi notablement à l’optimisation de la santé, notamment la prohibition de l’alcool et du tabac ainsi que le respect d’une nutrition saine comme prioriser les fruits et légumes. Mais rien ne vaut les bienfaits de l’activité physique. La marche quotidienne, par exemple, permet d’en bénéficier quoique les exercices plus intenses (marche sportive, jogging, sprint, ski de fond…) soient plus efficaces.


Il ne faut pas non plus oublier les occupations quotidiennes, comme les travaux de ménage et divers autres qu’incombent les mères de famille, qui s’avèrent favorables à une meilleure condition physique.

Rester actif permet d’éviter davantage le cancer

Si les avancées de la médecine permettent aujourd’hui de traiter différents types de cancers et de les évincer, et l’adhésion à une assurance santé ou mutuelle contribue à atténuer les charges y afférentes, il vaut toujours mieux prévenir que guérir. Et justement, la pratique d’exercices physiques apporte trois bienfaits essentiels pour une santé de fer :

  • Elle occasionne des variations dans le niveau d’hormones sexuelles dans le sang qui sont pour beaucoup dans l’épanouissement de tout un chacun ;
  • Elle renforce le système immunitaire ;
  • Elle stimule les défenses du corps humain afin d’éviter autant que possible les éventuelles détériorations des cellules en vieillissant.

C’est ce dernier avantage qui explique comment une personne active est à même d’éviter la progression des cellules précancéreuses dans son organisme vers un stade plus avancé. Pour preuve, une étude a prouvé que les femmes atteintes de cancer du sein, mais en rémission, ont 30% de chance de plus, de survivre de leur maladie si elles effectuent 3 à 5 heures de marche par semaine.

Par ailleurs, selon les estimations de l’Agence Internationale de Recherche sur le Cancer, 10% des tumeurs malines qui sont localisées dans les organes mammaires et 15% des cancers colorectaux qui se manifestent après la ménopause seraient les résultats d’une inactivité physique des années auparavant. Cette pathologie toucherait également le poumon, l’endomètre et la prostate, mais avec des taux moins précis.

À savoir également que la sédentarité est une source infaillible à l’obésité qui contribue fortement au développement des cellules cancéreuses. Il est, de ce fait, plus judicieux de trouver de quoi s’activer pour garder un indice de masse corporelle normal.