Une récente étude menée par Solidaris sur les dépenses de santé pointe des lacunes au niveau de la prise en charge des femmes souffrant du cancer du sein en Belgique. Pourtant, 90 % des femmes belges sont susceptibles d’être touchées par cette maladie avant leurs 75 ans. Le quart des patientes interrogées par la mutualité déclarent avoir du mal à régler les factures qui sont trop élevées.

Les frais non remboursables alourdissent la note

Dans le cadre de cette enquête, Solidaris a recueilli les témoignages de 2 629 adhérentes atteintes de cancer et ayant suivi un traitement depuis 2014 ainsi que de 300 autres femmes ayant eu un cancer du sein.

Les résultats ont montré que les patientes sont contraintes de payer 2 000 euros en moyenne lors des douze premiers mois du traitement.

Selon la mutualité dans un communiqué, « c'est presque quatre fois plus que l'année précédente ». Les dépenses peuvent atteindre 6 750 euros pour 5 % des femmes interrogées.

Solidaris a d'ailleurs précisé que le reste à charge pourrait grimper entre 19 000 et 54 000 euros sans la contribution de la Sécurité sociale et de l'assurance maladie.


Si les patientes font face à des coûts exorbitants, c'est parce que certaines dépenses comme les prothèses capillaires et les soins psychologiques ne sont pas prises en charge. Elles ont intérêt à procéder à un comparatif de devis mutuelle pour trouver l'offre qui leur convient le mieux.

D'autres soucis dans la vie quotidienne

Les femmes atteintes de cancer du sein sont également confrontées à d'autres problèmes, tels que l'impact de la maladie sur leur quotidien (pertes de mémoire, fatigue, douleurs articulaires...).

40 % d'entre elles sont en dépression « modérée à sévère », tandis qu'un tiers avouent être insatisfaites de leur vie et plus des deux tiers sont dans l'incapacité de travailler dès le début du traitement.

Mettre à jour le plan cancer

D'après Solidaris,

Le plan cancer en vigueur ne répond plus aux besoins des femmes qui se battent contre le cancer.

La mutualité souhaite que des mises à jour soient effectuées en mettant l'accent sur la sensibilisation concernant la maladie, l'accompagnement des patientes au quotidien et dans la reprise du travail.