Pour les patients du stade métastatique du cancer de la prostate, la combinaison de trois traitements garantit de grands bénéfices. Basé sur la chimiothérapie et deux hormonothérapies, le protocole promet d’obtenir jusqu’à 2 ans et demi d’espérance de vie. Ces informations ont été tirées d’une recherche présentée lors du dernier congrès européen d'oncologie.

Chaque année, 50 000 cancers de la prostate, dont 3 000 de phase 4, sont dépistés dans l'Hexagone. Pour traiter les patients sujets à cette pathologie, un nouveau protocole a récemment été développé. Les résultats d'une étude y afférente ont été dévoilés en marge du congrès qui s'est produit du 17 au 21 septembre 2021.

L'observation a été réalisée auprès de 1 173 malades, recrutés en Italie, mais aussi en Roumanie. Sans oublier l'Irlande, la Belgique, l'Espagne et l'Hexagone. Ces patients ont été divisés en quatre équipes différentes. Le premier est soigné au moyen d'une chimiothérapie et d'une hormonothérapie simple.

Un taux de survie multiplié par deux pour les patients soignés avec le protocole

Les autres groupes reçoivent respectivement :

  • Une chimiothérapie et deux hormonothérapies ;
  • Une chimiothérapie ;
  • Une radiothérapie et une hormonothérapie simple ;
  • Une radiothérapie, deux hormonothérapies et une chimiothérapie.

La survie médiane est doublée, ce qui rend les résultats extrêmement saisissants. L'un des chercheurs, Karim Fizazi de l'institut anticancer Gustave Roussy note :

La survie sans progression du cancer est ici très nettement améliorée. Elle passe de deux ans pour des patients qui reçoivent seulement deux traitements à plus de quatre ans et demi pour ceux qui ont les trois. […]

Le risque d'évolution des tumeurs est diminué de moitié et les patients gagnent 30 mois de vie plus tranquille, commente-t-il. Pour les organismes de mutuelle santé, ce bienfait pourrait se traduire par une réduction des remboursements au titre des soins.


Une diminution du risque de succomber à la maladie

Le scientifique ajoute ensuite que leur étude prouve que l'association de trois protocoles thérapeutiques garantit une survie prolongée :

[…] Avec une espérance de vie médiane atteignant maintenant plus de cinq ans (contre 3,5 ans).

Quant au risque de décès, les chercheurs estiment qu'il s'estompe de 25 %. Cet abaissement est observé même pour les cas les plus aigus avec plusieurs tumeurs métastatiques.

Le nouveau traitement s'appuie en fait sur des approches déjà éprouvées. Jusqu'à récemment, l'hormonothérapie a été utilisée pour soigner le cancer de la prostate au stade 4. Autrement dit, celui lors duquel les cellules carcinomateuses se sont propagées à une autre zone du corps. Il était alors question d'arrêter l'émission d'hormones androgènes qui renforcent les cellules tumorales.

L'avancée de la médecine a permis de combiner deux protocoles élaborés à partir d'hormonothérapie. Sur son site internet, l'Institut national du cancer révèle également que dans de nombreux cas cliniques :

[…] L'hormonothérapie peut parfois être prescrite en association avec une chimiothérapie.

Dans les deux cas, le taux de survie médian était alors doublé.