La problématique du traitement des personnes du troisième âge est un débat récurrent, que ce soit au niveau des soins médicaux, de leurs accompagnements au quotidien ou de leur place dans la société. Et elle a pris de l’ampleur dans le cadre de la crise actuelle. Le Club Landoy a d’ailleurs publié son manifeste sur le sujet.

La crise sanitaire a permis de mettre en lumière les inégalités sociales présentes dans la société quant au traitement des personnes âgées. Le Club Landoy, qui est un groupe de réflexions et de propositions, a livré ses observations et la nécessité de restructurer le système, pour y intégrer un peu plus les citoyens du troisième âge. Ses membres sont composés de philosophes, de chefs d'entreprise, d'économistes et de sociologues.

Ces derniers pointent notamment du doigt certaines déclarations affirmant que la période de confinement a été mise en place pour protéger uniquement les personnes du troisième âge qui sont les plus sensibles au virus. Et par la même occasion, faire réaliser des économies sur la mutuelle senior. Ils jugent ces propos incohérents et reflétant bien la considération de certains individus à l'égard de leurs ainés.

Le Club Landoy accuse la société

Ce groupe déplore premièrement l'infantilisation des seniors, leur dictant ce qu'ils doivent faire ou non, avec cette tendance à les assigner à domicile loin de la société active. Il en va de même pour leurs opinions sur les problématiques sociales et économiques qui sont souvent négligées, cette situation touche les personnes âgées de 65 ans et plus.


Un profond changement est nécessaire et de nombreux observateurs s'accordent sur ce sujet, les porte-paroles du Club Landoy ont déclaré :

Plus de 8200 personnes se sont prononcées sur nos propositions, et le rapport issu de cette consultation citoyenne a été remis au président de la République. Notre combat est de démontrer que l'âge n'est pas le seul critère: on peut avoir plus de 70 ans et être en forme et actif…

Cette « lutte », comme il le déclare, a pour but de faire entendre la voix des citoyens seniors et de combattre ces préjugés qui sous-entendent l'inaptitude de ces personnes à participer efficacement à l'amélioration de la société, que ce soit sur le plan économique ou politique.

Cette restructuration est d'autant plus importante compte tenu de l'augmentation de l'espérance de vie, engendrant un accroissement du nombre de personnes âgées dans un futur proche. Le groupe d'intellectuels estime que d'ici dix ans, ce chiffre passera de 2 à 4 millions, tout en soulignant l'importance de l'implication de la jeune génération, car cette dernière en bénéficierait aussi sur le long terme.

Un profond changement impliquant la nouvelle génération

La crise que l'on traverse accentue l'urgence de la mise en place de réformes pour prévenir la révolution démographique du vieillissement de la population. Ce facteur impactera sans nul doute les équilibres sociaux, ainsi que les voies économiques à suivre dans le futur. Il est donc nécessaire de se pencher sur ce phénomène dès à présent et anticiper ces changements. Les porte-paroles du Club Landoy ont déclaré :

Un Nouveau Monde émerge, encore largement à inventer, mais qui ne se fera pas sans cette solidarité entre générations, ni sans anticiper le grand âge. Il faut activer un cercle vertueux pour faire reculer l'entrée en dépendance.

Cette initiative repose notamment sur la sensibilisation et l'accompagnement de la jeune génération dans le processus d'aide aux personnes âgées. Parallèlement à ce projet, il faut aussi réfléchir à de meilleurs moyens d'organiser la transition vers la retraite, un point requérant l'implication des entreprises.

Les membres du groupe de réflexion ont conclu :

L'économie se dégradant, la situation sociale va être impactée et on aura plus que jamais besoin des seniors qui s'engagent et qui remettent du lien.