Alors que la réforme 100 % santé s’applique progressivement dans l’Hexagone, les contrats signés auprès des mutuelles santé deviennent plus lisibles. Une récente enquête révèle en effet une amélioration des pratiques des complémentaires santé. L’objectif consiste à faire en sorte que les titulaires comprennent mieux les garanties auxquelles ils peuvent prétendre.

Mi-février 2019, l’ancienne ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a signé un accord avec les acteurs principaux de la mutuelle santé. Il a été question de favoriser la transparence lors de la formulation des garanties. Depuis le 1er janvier dernier, la plupart des complémentaires santé se sont engagées dans cette démarche. Elles ont profité du renouvellement des contrats pour se lancer.

Une étude menée par l’Union nationale des organismes complémentaires d'assurance maladie (Unocam) montre que les acteurs de l’assurance santé ont réussi leur défi. Par exemple, les différentes garanties sont affichées uniformément dans 91,5 % des contrats. Quelles sont les autres améliorations apportées ?

Possibilité de prévoir le montant restitué par les professionnels

Les assurés peuvent se faire une idée de la somme qui reste à leur charge après les remboursements de la mutuelle santé et la Sécurité sociale. Ils sont 82 % à pouvoir (bientôt ou déjà) réaliser une simulation en ligne grâce aux outils développés par les complémentaires. À ce propos, les prévisions de l’Unocam se sont établies à plus de 40 millions de bénéficiaires.


Parmi les informations à renseigner pour procéder à une simulation figurent, entre autres, le type de soin concerné, le montant de ce dernier et la valeur du remboursement accordé par la complémentaire.

D’autres mesures accompagneront cette initiative, comme le soulignent les fédérations qui regroupent les mutuelles, ainsi que l’Unocam. Par exemple, ceux qui sont couverts par une complémentaire santé pourront consulter, dès juin prochain, un support digital aidant à sélectionner la meilleure offre.

Des exemples clairs de remboursement

Selon les résultats de l’enquête effectuée par l’Unocam, il apparaît aussi que 70 % des assurés accèdent à des illustrations de remboursement. L’organisation qui regroupe les différentes familles de mutuelles avance que les 15 exemples communs fournis aux intéressés portent surtout sur les actes médicaux les plus récurrents. Ils sont disponibles non seulement sur application mobile, mais aussi sur le Web.

En tout cas, les tableaux de garanties sont supposés être présentés en euros, y compris lorsque le montant qui reste à la charge de l’assuré demeure encore important. En effet, les signataires des contrats ne comprennent pas forcément ce que signifie par exemple la base de remboursement de la Sécurité sociale (BRSS). Continuer à présenter les rétributions sous forme de pourcentage pourrait les frustrer. Les professionnels s’accorderont-ils finalement sur une même base ?