Le variant Delta se propage actuellement dans 98 pays. Le nombre de cas de contaminations par cette nouvelle souche dépasse de loin celui des autres variants. Il représente ainsi 90 % des infections au Royaume-Uni, et 40 % en France. Même si le nombre de patients en soins intensifs reste en dessous de la barre des 1 000 et que les vaccinations se poursuivent, la situation inquiète les dirigeants européens.

Le nombre de décès s'envole dans les pays peu vaccinés

Les conséquences du variant Delta varient d'un pays à un autre.

Dans les régions où le taux de vaccination est inférieur à 20 %, les services de soins sont saturés .

C'est par exemple le cas en Russie où moins de 15 % de la population a été vacciné et où le nombre de décès continue à monter en flèche.

En Afrique du Sud, 50 % des cas de contamination enregistrés sont dus au variant Delta et le nombre de décès a été multiplié par six depuis mi-mai . En Indonésie où seulement 5 % de la population a été vacciné, les décès ont été multipliés par six en dix mois.


À noter qu'en cas de contamination au covid-19, la mutuelle santé peut couvrir les frais de consultation chez le médecin, les frais d'hospitalisation et d'analyse ainsi que les dépenses pour les médicaments.

Les pays vaccinés comptabilisent moins de décès

En revanche, il n'y a pas eu de recrudescence du nombre de décès dans les pays où le taux de vaccination est élevé .

C'est par exemple le cas en Israël où aucun décès n'a été enregistré malgré la multiplication par dix du nombre de cas contaminés.

Au Royaume-Uni où le variant Delta sévit le plus Europe, 64 % des adultes ont reçu les doses complètes de vaccins. Même si le nombre d'infections a été multiplié par douze depuis mi-mai, le flux de décès ne dépasse pas les 15 par jour .

Même si ce mutant représente la moitié des nouveaux cas aux États-Unis, le nombre de décès se stabilise à 250 par jour, soit 12 fois moins qu'au mois de janvier.

Pour éviter les débordements de situation, de plus en plus de pays européens prennent des précautions. Les métropoles au Portugal ont par exemple remis en place le couvre-feu. En Espagne, les boîtes de nuit ont refermé leurs portes.