Un virus susceptible de provoquer un syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) est en train de se propager sur la planète. Il s’agit du coronavirus, qui a déjà tué plus de 650 personnes en Chine en 2003. Cette année-là, deux contaminations ont été enregistrées dans l’Hexagone. Actuellement, l’Institut Pasteur se penche sur sa carte d’identité génétique.

Ceux qui viennent de faire un voyage en Chine et qui présentent des symptômes similaires à ceux de la pneumonie doivent-ils être d'office mis en quarantaine ? Le coronavirus est de retour dans l'Empire du Milieu et touche actuellement des pays qui ne sont pas forcément frontaliers.

Quoi qu'il en soit, les acteurs de santé français se montrent rassurants et estiment être préparés. N'est-il pas nécessaire de vérifier les garanties de son assurance santé dans ce cas ? Jean-Claude Manuguerra, qui travaille à l'Institut Pasteur en tant que virologue, avance que l'Hexagone a réalisé de nombreux progrès depuis 2003. Dans le détail, il s'occupe de la cellule d'intervention biologique d'urgence.

Les aéroports renforcent leur procédure de contrôle

À l'heure actuelle, le fonctionnement du coronavirus demeure encore inconnu alors que des millions de Chinois se préparent à voyager à l'étranger. Le Nouvel An lunaire s'annonce inquiétant. Sur la scène internationale, l'angoisse se ressent également. Par exemple, la Corée du Sud a observé son tout premier cas de contagion par voie respiratoire le 20 janvier dernier. Sur le territoire thaïlandais, deux cas ont été enregistrés, contre un chez les Nippons.


Ainsi, de nombreux pays ne manquent pas d'appliquer des mesures de prévention. Récemment, les Américains ont pris la décision de filtrer les vols avec une correspondance à Wuhan depuis trois aéroports (San Francisco, Los Angeles et New York).

Les autorités thaïlandaises ont également consolidé les opérations de contrôle dans les leurs. À l'aéroport de Narita au Japon, les voyageurs provenant de Wuhan doivent aussi préalablement se faire contrôler en passant par une zone dédiée à cet effet.

L'histoire commence au marché de Wuhan

Le 20 janvier dernier, la Chine a noté son troisième décès engendré par le mystérieux virus. Pour la première fois sur le territoire national, des cas ont été déclarés dans d'autres villes, dont un à Shenzhen et deux autres à Pékin. Désormais, environ 200 personnes étant passées par le centre de la Chine sont touchées par le coronavirus.

Le point commun entre tous ces malades repérés ? Ils se sont rendus au marché de Wuhan au cours des dernières semaines qui ont précédé la pandémie.

Considéré comme étant le foyer épidémique, cet endroit est connu pour la vente en gros d'oiseaux, de lapins et de serpents. Les poissons et les fruits de mer ne sont pas en reste. Plusieurs malades y travaillaient. Cependant, les autorités sanitaires locales jugent faible le risque de transmission du virus entre Hommes.