Malgré la campagne de vaccination, la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19 semble encore loin de connaître son épilogue. Plus grave encore, la probabilité d’une troisième vague de contamination, avec des effets encore plus dévastateurs, est élevée. De nouvelles directives seront à observer pour tenter de minimiser l’impact de cette éventuelle troisième vague.

Anticiper les saturations dans les hôpitaux

Tous les centres de soins, à savoir hôpitaux, cliniques et autres agences régionales de santé (ARS) ont reçu une circulaire les sommant d'être sur le pied de guerre pour accueillir une éventuelle, mais très probable, troisième vague de contamination au coronavirus.

Et comme le virus a eu le temps de muter et que des variantes encore plus virulentes sont apparues, les autorités craignent que ces structures doivent faire face à une surcharge plus importante que lors des précédentes vagues.

Les principales mesures appliquées consistent avant tout à équiper les infrastructures de santé d'un nombre conséquent de lits disponibles afin d'anticiper les hospitalisations en masse.


Dans certains établissements, les interventions chirurgicales non vitales ont dû être reportées à cause de l'insuffisance de lits. Les lits disponibles seront uniquement utilisés pour des cas de force majeure, que ce soit des hospitalisations liées à la Covid-19 ou à d'autres maladies graves.

L'hospitalisation ne doit pas être systématique

Il est plus que jamais important désormais de distinguer les cas graves (sujet à des complications) des cas un peu plus bénins.

Toute personne contaminée par le virus doit être mise en quarantaine. Mais il incombe désormais au soignant de déterminer (via la téléconsultation) si la personne en question doit intégrer un centre de soins spécialisé ou bien s'isoler à son domicile (les asymptomatiques et ceux qui ne présentent pas des facteurs de comorbidités). Pour le suivi de ces personnes assignées à résidence et afin que les hôpitaux ne soient pas à court de personnel et de lits, les médecins de ville sont mobilisés.

Il est important de rappeler pour les personnes atteintes de la Covid-19 que certains soins et tests sont remboursés par l'Assurance maladie, et que le reste à charge peut encore être réduit en adhérant à une mutuelle santé.