La période actuelle est particulièrement anxiogène. D’abord, les Français étaient confrontés à la première vague de contamination au coronavirus. Ensuite, ils ont dû se soumettre à un confinement obligatoire, synonyme d’isolement social pour de nombreuses personnes. Puis, le déconfinement a été annoncé alors que de fortes incertitudes sanitaires, sociales et économiques subsistaient. Enfin, la menace d’une deuxième vague que beaucoup pensaient improbable est aujourd’hui en train de se concrétiser. Face à tous ces événements stressants, il est important de prendre soin de soi, physiquement et mentalement.

L'impression que tout va mal !

Depuis l'apparition du coronavirus, l'anxiété a évolué « crescendo » chez chaque individu, avec des effets plus ou moins dévastateurs, selon la résilience de chacun face aux événements. Mais pour ne rien arranger à une situation qui est déjà au bord de l'implosion, de nombreux faits divers étaient venus alourdir le quotidien éprouvant de la population.

Passées presque inaperçues, toutes ces péripéties ont miné encore plus l'état de santé des Français qui était déjà fragilisé par l'angoisse apportée par l'épidémie. Et selon le docteur Frédéric Saldmann, le phénomène est beaucoup plus sérieux qu'il n'y paraît et mérite que l'on s'y intéresse de près.


Des termes anxiogènes

Depuis le début de la crise, les informations reçues par le public sont de nature à développer leur paranoïa face à la maladie. Petit à petit, la société sombre dans ce qu'un éminent sociologue appelle « l'hypocondrie de masse ».

Des mots comme « pandémie », « Covid-19 », « cas contact », « contamination », « cas graves » possèdent une certaine force oppressante qui nuit à la santé psychologique et physique des individus. Même les mesures adoptées pour tenter d'endiguer le fléau portent des noms que le grand public souhaiterait ne plus entendre, à l'image du « confinement » ou, dernièrement, du « couvre-feu ».

Des moyens simples pour lutter contre l'anxiété et éviter la dépression

Pour le docteur Saldmann, il ne faudrait pas avoir peur des mots et voir en ces nouvelles mesures une opportunité de prendre soin de sa santé.

Pour cela, il recommande, entre autres, de faire des exercices physiques, de manière à occuper à la fois le corps et l'esprit et oublier en l'espace d'un court instant tous les tracas.

Et pour davantage de tranquillité d'esprit, la souscription d'une bonne assurance santé peut toujours s'avérer judicieuse.