Le Haut conseil pour l’avenir de l’assurance maladie (HCAAM) a rendu la dernière version de son rapport concernant la réforme du système de santé français. Quatre scénarios sont présentés dans ce document provisoire avec des chiffres à l’appui. Découvrons celui de la fameuse « Grande Sécu », qui fait déjà couler beaucoup d’encre.

Impact de la mise en place d'une « Grande Sécu » sur l'AMO

Les discussions autour des travaux du HCAAM se sont tenues les 18 et 25 novembre pour examiner les propositions figurant dans le rapport commandé par le ministre de la Santé, Olivier Véran. Parmi les options développées figurent celles d'un renforcement de l'assurance maladie obligatoire (AMO).

Ce transfert alourdirait de 18,8 milliards d'euros les remboursements supportés par l'État. Ce montant serait constitué principalement du reste à charge opposable, qui se répartit comme suit :

  •  8,9 milliards pour les soins de ville,
  •  3,3 milliards pour les soins hospitaliers,
  •  3,1 milliards et 1,5 milliard respectivement pour les médicaments remboursés à 65 % et ceux pris en charge à 15 % et 30 %.

S'y ajouteraient 3,5 milliards d'euros de manque à gagner lié à la taxe de Taxe de Solidarité Additionnelle (TSA), portant le total du surcoût à près de 22 milliards d'euros.


D'après le Haut Conseil,

L'objectif du changement est double : introduire plus d'équité dans l'accès à des soins de qualité, mais aussi soulager le portefeuille des ménages, d'autant que certaines mutuelles ont annoncé des hausses sensibles des cotisations en 2022.

Menace sur l'avenir des complémentaires santé

Mais si cette hypothèse de l'extension du champ d'intervention de la Sécurité sociale est retenue, elle impacterait durement les organismes de complémentaires santé (OCAM). Ces derniers s'exposent en effet à une perte de 70 % de leur chiffre d'affaires, qui passerait de 39 à 12 milliards d'euros. Les 27 milliards incluent 7,3 milliards liés à la désaffiliation de 50 % des assurés. Il est à noter que ce chiffre ne tient pas compte de la TSA, qui a atteint 5 milliards pour les OCAM l'an dernier.

Pour réduire la dépense tout en bénéficiant d'une couverture adaptée à leurs besoins, les ménages ont tout intérêt à utiliser un comparateur de mutuelle santé en ligne.

Ce type d'outil est totalement gratuit, rapide et efficace pour mettre les offres des différents acteurs du marché.

La version finale du rapport de HCAAM devrait être remise au gouvernement début décembre. Il ne fait pas de doute que ce document fera encore l'objet d'intenses débats. L'Exécutif aura le dernier mot, sachant que l'actuel ministre ne cache pas privilégier la rupture avec le projet de « Grande Sécu ». Même si le changement n'interviendra pas avant les élections de 2022, les organismes de complémentaire santé et leurs salariés tremblent déjà pour leur avenir.