La couverture maladie universelle est un sujet qui soulève toujours un débat aux États-Unis. La réforme entreprise au temps de l’ancien président Barack Obama a permis d’augmenter les subventions pour la couverture sanitaire, mais malgré cela les foyers à faibles revenus n’ont pas pu en bénéficier. Selon les statistiques, au moins un américain sur dix n’est pas encore couvert par une assurance santé.

Selon l'analyse des experts, la mise en place d'une couverture maladie universelle n'est pas facile à réaliser aux États-Unis. Même si plus de la moitié des Américains est favorable à cette idée, de nombreuses associations professionnelles du secteur médical s'opposent à l'instauration d'un système unique de paiement totalement public.

Une couverture minimale pour la plupart des contrats d'assurance de santé

L'Obamacare a certes permis d'élargir la couverture santé, mais le dispositif n'a pas réussi à résoudre le problème : 28 millions d'Américains (environ 10 % de la population) ne disposent pas toujours d'assurance maladie.

Ceci est dû au fait que le système repose en grande partie sur l'assurance privée et les coûts ne sont pas à la portée des personnes aux faibles revenus.


D'autre part, la plupart des contrats d'assurance santé ne proposent qu'une protection minimale, d'où la nécessité d'étendre la couverture par Medicaid, selon le plan de santé annoncé par Joe Biden, lors de ses campagnes électorales. Actuellement, cette assurance santé fédérale couvre 20 % des personnes aux revenus modestes.

Ainsi, il souhaite augmenter les subventions pour rendre l'assurance santé accessible à tous, mais pour cela, il faut faire baisser les coûts pour permettre aux Américains les plus démunis d'y souscrire.

Un plan difficile à mettre en œuvre

Rendre l'assurance santé accessible à tous n'est pas toutefois facile aux États-Unis. Non seulement cela va lourdement peser sur le budget de l'État, mais le plan risque de rencontrer une forte opposition des professionnels du secteur médical, comme les associations des médecins, les compagnies d'assurance privée ou encore l'industrie pharmaceutique.

Outre cela, le Sénat, à majorité républicain, pourrait ne pas donner leurs accords. Il ne sera pas ainsi facile de réformer le système de santé, et de mettre en œuvre ce plan de couverture élargie aux États-Unis.