En 2017, la moyenne du reste à charge par personne s’établit à 600 euros, selon une étude publiée par la Drees (Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques). Pourtant, certains profils d’assurés sont contraints de s’acquitter d’un montant 12 fois supérieur à celle-ci à cause des dépassements d’honoraires.

Cette situation touche 0,1 % des Français, lesquels doivent faire face à un reste à charge de 7 600 euros. Un peu moins de la moitié de ces assurés (40 %) ont plus de 55 ans et consultent régulièrement des médecins en ville.

Leurs dépenses intègrent également des soins hospitaliers même si la moitié d'entre eux n'est atteinte d'aucune affection longue durée. Le reste se compose de séniors (plus de 60 ans) souffrant de maladie longue durée et de patients en fin de vie nécessitant des traitements lourds.

L'hospitalisation et les prothèses dentaires, les principales causes des restes à charge élevés

Cette étude a permis de constater que les dépassements exorbitants pour ces profils d'assurés ont pour principales causes l'hospitalisation et les prothèses dentaires.


En effet, certaines pathologies de longue durée requièrent une hospitalisation d'environ 1 mois par an. Cette durée excessive entraîne une hausse sensible des frais d'hébergement (forfait journalier hospitalier), lesquels ne sont pas remboursés par l'Assurance maladie.

D'autre part, 25 % de ces patients doivent leur reste à charge élevé au recours fréquent à des prothèses dentaires. Ce type de soin représente près de 60 % des dépassements et sans une complémentaire santé bien adaptée, ils doivent payer le montant supplémentaire de leurs poches. Ces profils ont ainsi intérêt à choisir le panier 100 % santé dentaire proposé dans le cadre de la réforme 100 % (reste à charge zéro).

Les frais médicaux sont énormes pour les séniors en fin de vie

5 % des profils soumis à un reste à charge élevé sont des personnes âgées en fin de vie souffrant de multiples maladies chroniques. Ces derniers nécessitent des traitements lourds engendrant d'énormes frais médicaux.

En revanche, les dépassements d'honoraires ne représentent qu'une faible part de leurs dépenses.