À Poitiers, bon nombre de policiers et de CRS de la compagnie 18 ont été testés positifs au covid-19 alors même que le protocole sanitaire a été appliqué scrupuleusement. Aux syndicats d’indiquer toutefois que les mesures en vigueur présentent des failles, exposant ces agents au risque de contamination. Ils exigent ainsi que des ajustements soient faits.

On a enregistré de nombreux cas de contamination au covid-19 au sein des policiers et des CRS de Poitiers, dont la moitié des policiers aurait été infectée par le variant britannique. Le premier agent contaminé aurait contracté la maladie lors d'une intervention datant du 26 janvier dernier, avant que le virus ne se répande dans tout le commissariat.

Les policiers contaminés ont été mis en arrêt maladie à leur domicile et sont suivis par des professionnels santé, tout ceci est pris en charge par la mutuelle fonctionnaire. Quant aux cas contacts, ils ont été placés en isolement chez eux pendant sept jours et doivent effectuer des tests avant de pouvoir revenir travailler.


Des tests massifs pour les policiers

Même si les policiers de Poitiers appliquent scrupuleusement le protocole sanitaire, les missions qu'ils doivent effectuer les exposent tout de même à une contamination. Pour éviter que la situation n'empire, le syndicat Alliance Police Nationale demande des tests massifs pour les policiers. À son secrétaire départemental adjoint, Pascal Meynard, de souligner le fait :

Ces tests massifs visent à rassurer les agents, leurs familles, mais aussi la population, car lorsqu'on va en intervention on est au contact des gens. Ils doivent savoir que leur police a minimisé au maximum les risques de contamination et qu'ils sont en sécurité.

Selon le syndicat, déployer une telle mesure est d'autant plus urgente, car le commissariat risque de devenir un cluster. Si cela venait à se produire, le service public pourrait devoir suspendre ses activités et les policiers ne pourraient pas être envoyés en mission. Pour l'heure ce n'est pas encore le cas, mais il convient d'agir au plus vite.

Les CRS exposés ouvertement

Chez la compagnie 18 du CRS de Poitiers, on a également enregistré 39 cas de contamination il y a deux semaines. Les 135 membres de la compagnie ont ainsi tous été placés en isolement pendant une durée minimale de sept jours. Ici aussi, on s'est efforcé d'appliquer le protocole sanitaire à la lettre, mais à l'instar des policiers poitevins, les CRS s'exposent également au risque de contamination de par la nature de leurs missions.

Qui plus est, ces derniers doivent parfois faire entorse au règlement. En effet, alors que le protocole anticovid stipule qu'en cas de déplacement, les CRS ne doivent être qu'au nombre de quatre dans le fourgon. Par manque de véhicules dans les autres compagnies, la direction centrale a donné son approbation pour qu'ils y soient au nombre de six. Le port du masque est toutefois obligatoire, et des gels désinfectants sont mis à disposition des concernés.

De nombreux syndicats dénoncent également les conditions de logement. La plupart du temps, lorsque les CRS doivent effectuer une mission, ils sont hébergés dans des cantonnements ou de vieux immeubles avec des chambres individuelles, mais avec de sanitaires communs. En ces temps de pandémie, c'est forcément problématique, car cela augmente le risque de contamination. Là aussi, comme l'exigent les syndicats, il faudra trouver une alternative de logement.