À circonstances exceptionnelles, mesures exceptionnelles. La France, comme le reste du monde, affronte une crise sanitaire inédite et essaie de réagir au mieux face à l’évolution de la situation. Dans cette optique, le gouvernement s’est penché sur le cas des expatriés français de retour au pays. En temps normal, le délai de carence s’applique pour eux, mais pas cette fois.

Immédiatement couvert

Depuis le début de la pandémie de Covid-19, avant de fermer les frontières, les différents gouvernements se sont évertués à rapatrier leurs ressortissants bloqués dans des pays étrangers.

Mais un détail important inquiète certains Français qui vont se retrouver sans emploi, une fois de retour au pays.

En effet, selon la loi, ils sont soumis au délai de carence, une période de trois mois durant laquelle ils seront démunis, car ne pouvant pas bénéficier de la couverture de l'assurance maladie.

Pour pallier cette éventualité, le gouvernement avait décidé, en mars dernier, de suspendre ce fameux délai, offrant immédiatement la couverture à tout Français qui foule le sol de l'Hexagone, sans tenir compte de sa situation professionnelle.


Le décret stipulant la suspension du délai de carence vient de faire l'objet d'une prorogation et sera en vigueur jusqu'au 1er avril.

À noter que la suspension ne sera pas effective pour les Français qui sont rentrés et qui pensent repartir aussitôt qu'ils en auront la possibilité. Le gouvernement a concocté ce dispositif pour ceux qui ont opté pour un long séjour.

Des démarches simplifiées au mieux

Avec le stress généré par la pandémie, les Français se trouvent aujourd'hui en majorité dans un état d'anxiété extrême.

Pour ne pas rajouter davantage de tracas aux Français concernés par le rapatriement, le gouvernement a simplifié au mieux les démarches à entreprendre pour profiter de la suspension du délai de carence.

Le bénéficiaire doit seulement informer l'Assurance Maladie de son retour au pays, soit par voie postale, soit par courrier électronique.

Ceci doit être accompagné de quatre pièces justificatives, à savoir :

  1.  le formulaire S1106 (qui permet de faire la demande d'ouverture de droit à l'assurance maladie) ;
  2.  le formulaire S3705 (pour les personnes avec enfants à charge) ;
  3.  une pièce d'identité (photocopie de CNI ou de passeport) ;
  4.  le relevé d'identité bancaire (RIB).