Selon les dernières statistiques, 89 % des victimes du Covid-19 recensées dans l’Hexagone étaient âgées de 65 ans et plus. Les EHPAD ont par ailleurs été particulièrement touchés par l’épidémie. Faute de vaccin et de traitement, le maintien à domicile s’impose comme la meilleure solution pour protéger les seniors tant que le virus est actif.

Les proches des personnes âgées peuvent réaliser eux-mêmes les soins nécessaires au quotidien ou faire appel à des aidants professionnels. La souscription d'une mutuelle senior est aussi recommandée. Ces patients ont des besoins particuliers qui varient selon leur état de santé et leur niveau d'autonomie. Ainsi, les EHPAD constituent de grands alliés dans leur prise en charge.

Cependant, cette solution inquiète particulièrement les familles en cette période de crise sanitaire. Environ 50 % des décès des plus de 75 ans ont d'ailleurs été enregistrés dans ces établissements spécialisés depuis le début de la pandémie. Les aidants proches ont donc dû s'adapter pour limiter les risques de contagion.

Un accompagnement maintenu malgré la crise sanitaire

Pendant la pandémie de Covid-19, les acteurs concernés ont pris différentes dispositions pour assurer la continuité des soins et réduire les risques de contamination des personnes âgées. L'Assurance Maladie, par exemple, a augmenté la prise en charge des téléconsultations à 100 % depuis le confinement.


Cette initiative a permis de maintenir les soins prodigués habituellement par les ergothérapeutes, les psychomotriciens, les kinésithérapeutes, etc. Les aidants proches ou les soignants à domicile ont participé au traitement en suivant les instructions fournies à distance par les professionnels de santé.

D'autre part, grâce à un arrêté émis le 23 mars dernier, les pharmaciens ont été autorisés à renouveler des ordonnances suivant les termes des prescriptions médicales antérieures. Les patients ont donc eu la possibilité de poursuivre leur traitement, malgré le confinement.

Suivant la même logique, il était aussi possible de reconduire les soins infirmiers à domicile pour les patients en perte d'autonomie, indépendamment de leur âge et de leur dépendance (permanente ou temporaire). En définitive, toutes les mesures exceptionnelles appliquées durant la crise sanitaire visent à maintenir la qualité de l'accompagnement des seniors sans les exposer à une éventuelle contamination.

Un réflexe d'isolement problématique

Selon les spécialistes, plus de 60 % des seniors français dépendants vivent actuellement hors EHPAD. Ils résident le plus souvent dans leur propre domicile. Ainsi, ces sujets à risque s'efforcent d'adapter leur routine aux nouvelles mesures sanitaires préconisées depuis le déconfinement.

Dans l'ensemble, les personnes âgées sont conscientes de leur grande vulnérabilité face à la pandémie actuelle. En effet, 71 % des décès liés au Covid-19 ont été enregistrés chez les 75 ans et plus. À titre de comparaison, les 15 à 44 ans représentent à peine 1 % des victimes dans l'Hexagone. Face à la menace à laquelle ils sont exposés, de nombreux seniors ont décidé de s'enfermer et de s'isoler.


Pourtant, ils ont besoin de plus de soutien en cette période de crise sanitaire, pour poursuivre les soins et maintenir le lien social. Qu'il s'agisse de membres de la famille, d'amis ou de voisins, les aidants proches sont ainsi tenus d'avertir les services sanitaires pour fournir toute l'attention et les soins nécessaires à cette population fragile.

Selon le cas, les personnes âgées dépendantes peuvent prises en charge par les établissements d'HAD (hospitalisations à domicile), les SSIAD (services de soins infirmiers à domicile) et les SAAD (services d'aide et d'accompagnement à domicile).