Grâce au succès des tests PCR, les biologistes de ville ont vu en 2020 leurs honoraires flamber de 56 %. Du côté des laboratoires indépendants, le coronavirus a favorisé la croissance de leur activité, permettant ainsi l’embauche de nouveaux salariés. Hors SARS-CoV-2, les coupes dans les dépenses s’enchaînent en revanche dans la filière de la biologie.

Dans le domaine de la biologie, SARS-CoV-2 non compris, les diminutions de dépenses continuent. Une nouvelle redéfinition du catalogue des actes a été effectuée quatre mois plus tôt. Entraînant une contraction moyenne de 2,5 % au niveau des coûts, cette révision a notamment concerné la glycémie. De plus, elle a également porté sur la détermination du taux de cholestérol. Il en est de même pour la numération des plaquettes sanguines ainsi que des globules.

Des économies indispensables afin de clôturer l'année avec un bilan positif. Soit une évolution de +0,5 % des prises en charge de biologie. Et ce dans un contexte où les dépenses accéléreraient sensiblement de 3 %.


Baisse des honoraires pour les tests PCR

Face à cette situation, Francis Guinard martèle que l'activité des laboratoires ne sera pas appuyée indéfiniment par le SARS-CoV-2. Le secrétaire général du Syndicat des biologistes prévient :

On peut négocier la corde qui va nous pendre, mais la corde est toujours là.

En matière de tests Covid-19, les pouvoirs publics font des efforts pour limiter les dépenses. En avril 2021, ils ont porté les honoraires pour les dépistages PCR à :

  • Zéro euro si les résultats sont remis dans une durée supérieure à deux jours ;
  • 27 euros, soit abaissés de 6,75 euros, s'ils sont délivrés en plus de 24h.

Pour l'entrée des informations dans la base du test, la rétribution administrative a aussi été ramenée à 2,70 euros. Une chute de 50 % dont se plaint Francis Guinard. D'après le responsable syndical, cette réduction a été mise en œuvre :

Sous prétexte que les laboratoires se sont informatisés et que les investissements sont amortis.

Surtout, la Sécurité sociale ne prendra plus en charge les tests non essentiels à partir de la mi-octobre 2021. D'ici là, seule une complémentaire santé pourrait accorder un remboursement pour de tels actes. La consultation d'un comparateur mutuelle est fortement préconisée afin d'en trouver la meilleure.

Augmentation des honoraires versés

À ce propos, les laboratoires ont réalisé 60 millions de tests PCR depuis le début de l'année. En 2020, ils en ont totalisé la moitié. Après de longues années d'abaissement de coûts, la crise sanitaire a constitué une opportunité providentielle pour les biologistes médicaux libéraux. L'an dernier, l'Assurance maladie a versé 56 % d'honoraires supplémentaires par rapport à 2019. Pour leur part, les laboratoires privés ont pu embaucher et investir à nouveau. La filière, qui recense plus de 50 000 salariés, a connu un gonflement de 10 % sur ses effectifs.

L'Assurance maladie a comptabilisé fin juin 2021 une dépense totale de 6,7 milliards d'euros pour la biologie de ville. Une somme enregistrée sur un an et qui marque une progression de 116 %. Pour les laboratoires, cette réussite inattendue a nécessité du temps. Durant le confinement de printemps 2020, ils ont vu leur activité courante s'effondrer de 22 %. Ce qui a provoqué sur l'année entière un retrait sur les revenus (-5 %), dépistages du coronavirus exclus.