Entre l’achat des masques de protection et des tests PCR, les remboursements de l’Assurance Maladie ont explosé en 2020. Pourtant, la téléconsultation a eu pour effet de réduire la fréquence de déplacement en cabinet médical. Et ce, au détriment des médecins généralistes, des professeurs et autres spécialistes qui n’ont pas pu générer de profit.

La crise sanitaire de 2020 a eu un impact majeur sur la gestion des remboursements médicaux. Les chiffres de l'Assurance Maladie rapportent une hausse des dépenses de santé réalisées par les ménages français. Cependant, cette amélioration n'a pas été profitable pour l'ensemble des secteurs concernés.

Parmi les soins les plus délaissés durant le premier confinement figurent ceux qui imposent un contact direct. Les masseurs par exemple enregistrent une perte de 11,9 %. Le recul est de 9,4 % pour les dentistes. De leur côté, les médecins généralistes n'ont pas non plus été très sollicités. Avec les nouvelles souches du coronavirus, la souscription à une mutuelle santé s'impose.


Le confinement pour instaurer et promouvoir la téléconsultation

Confinés chez eux, les patients ont dû s'adapter aux règlements imposés par les restrictions sanitaires. Cette période inédite a permis de mettre en place des systèmes innovants. Il s'agit entre autres de la téléconsultation qui, selon la définition du ministère de la Santé :

Permet à un professionnel médical de donner une consultation à distance par l'intermédiaire des technologies de l'information et de la communication.

Ainsi, les patients peuvent désormais s'entretenir avec leurs médecins traitants par appels vidéo. Grâce à cette innovation technologique, les personnes souffrantes accèdent plus facilement aux soins. Elles doivent cependant disposer d'un ordinateur, d'un téléphone ou d'une tablette numérique connectés à Internet.

La téléconsultation révolutionne le rapport patient-médecin, car il n'y a plus besoin de se déplacer. Le diagnostic est rapide et précis, et si jamais une évacuation d'urgence s'impose, le protocole est accéléré.

Mais surtout, la propagation du coronavirus est limitée, car les cabinets médicaux sont fermés. Le seul inconvénient est l'absence de contact humain particulièrement utile pour prendre les constantes.

Les impacts du coronavirus en quelques chiffres

Marquée par la pandémie du coronavirus, 2020 a généré une hausse importante des dépenses de santé. Les données enregistrées par l'Assurance Maladie le confirment. Une hausse de 6,5 % a été rapportée, avec un gros écart des chiffres par rapport aux 2,8 % de 2019 et 2,7 % de 2018.


Pourtant, le confinement n'a pas été bénéfique pour tous les professionnels de la santé. En effet, les médecins spécialistes ont essuyé un recul de 6,7 %. Tandis que le taux de consultation chez les généralistes était de - 6,1 %. D'autres domaines d'intervention comme la masso-kinésithérapie et la dentisterie ont dû faire face au choc économique.

Le transport sanitaire a aussi été lésé avec une réduction de 9,1 % des demandes de déplacement urgent ou programmé.

Les dépenses de santé les plus récurrentes ont porté sur les masques de protection, les tests PCR et antigéniques.