Le Haut Conseil pour l’avenir de l’assurance maladie a mené une enquête visant à connaitre précisément le nombre de français disposant d’une couverture santé. En effet, la mission de cet organisme est de généraliser l’accès à l’assurance afin que chaque citoyen puisse bénéficier des soins dont il a besoin en cas de maladie, mais les retombées de la pandémie sanitaire risquent de nuire à cet objectif.

Plus de neuf Français sur dix disposent d'une complémentaire santé. C'est ce que révèlent les résultats d'une étude menée par le Haut Conseil pour l'avenir de l'assurance maladie (HCAAM). Un pourcentage appréciable, mais il n'en reste pas moins qu'une infime partie de la population ne dispose pas d'une couverture convenable. Ce à quoi le HCAAM a pour mission de remédier. Le conseil se félicite tout de même que l'objectif de généralisation soit quasiment atteint.

Concernant ces 5 % ne disposant pas d'une assurance maladie complémentaire, il s'agit majoritairement de personnes en situation de grande précarité, dont la moitié ont des revenus en dessous de 97 euros.


Mise à contribution des employeurs publics

Même si 95 % des Français dispose d'une assurance maladie complémentaire, il existe une disparité entre les salariés du secteur privé et de la fonction publique. En effet, contrairement aux employeurs du privé, ceux du secteur public ne sont pas mis à contribution dans le paiement de la couverture santé de leurs agents. En conséquence de quoi, certains fonctionnaires renoncent à adhérer à une complémentaire santé.

Ces employés représentent une petite partie des 5 % non couverts recensés par le HCAAM. Une situation que la ministre de la Transformation et de la Fonction Publique, Amélie de Montchalin, entend pallier en mettant plus à contribution les employeurs publics. La ministre a, en effet, présenté un projet de loi sur le financement obligatoire de ces derniers pour la prise en charge d'au moins la moitié des cotisations allouées aux complémentaires.

D'ailleurs, il est à savoir que le taux de couverture dans la fonction publique s'élève à 94 % alors que le chiffre atteint 97 % chez les salariés du secteur privé. Mais même le privé accuse une lacune en matière de couverture. Certains salariés ne disposant pas d'une complémentaire à cause de leurs faibles revenus ou de la précarité de leur contrat de travail.


Attention à la crise sanitaire

95 %, il s'agit tout de même un niveau appréciable, d'autant plus que ce taux devrait continuer de grimper d'ici les prochaines années. Au Haut Conseil pour l'avenir de l'assurance de souligner :

L'objectif de généralisation apparaît quasiment atteint […] le taux d'effort reste très élevé pour les ménages pauvres » et « pour les personnes âgées.

Qui plus est, la création de la complémentaire santé solidaire devrait permettre de gonfler le nombre de personnes disposant d'une couverture. Toutefois, cet élan a des risques d'être stoppé par les tarifs sans cesse en augmentation des contrats d'assurance. En effet, ces dernières années affichent une tendance haussière. De plus, les analystes annoncent une hausse moyenne de 4 % pour l'année 2021. Sur ce point, la HCAAM n'a d'ailleurs pas pu cacher son appréhension, elle a déclaré que :

Compte tenu de la crise économique engendrée par la crise sanitaire de la Covid-19, les entreprises et les ménages pourraient dans les mois à venir réduire, voire renoncer à leur couverture.