Olivier Véran vient d’annoncer que le Conseil scientifique a émis un avis favorable pour la réduction du délai d’isolement pour les personnes testées positives à la Covid-19 et pour les cas contacts. Il pourrait ainsi passer de 14 jours à 7 jours dans certaines situations, selon le ministre de la Santé.

Le principal argument du ministre pour cette éventuelle révision de la durée de la quarantaine : le risque de contagion diminue significativement et devient très faible au-delà de 7 jours. En réduisant le délai d'isolement, le ministère de la Santé espère une meilleure adhésion à ce dispositif.

En effet, les traçages réalisés par l'Assurance maladie et les ARS ont permis de constater que le nombre de personnes qui n'observent pas la durée de la quatorzaine ne cesse d'augmenter.

Les avis des scientifiques divergent

Les avis des scientifiques divergent encore sur la durée de la contagiosité. Certains infectiologues affirment que la période la plus à risque se situe au cours des 5 jours suivant l'apparition des symptômes. Le risque de transmission devient par la suite très faible même si le malade peut contaminer d'autres personnes pendant encore une dizaine de jours.


D'autres spécialistes se montrent en revanche réticents à la réduction de la durée d'isolement : ils estiment que cette mesure ne fera que favoriser la circulation active du virus, d'autant plus que les résultats des tests ne sont disponibles qu'après quelques jours (3 à 5 jours).

À titre de rappel, la totalité du coût du dépistage du Covid -19 est prise en charge par l'Assurance maladie pour les personnes présentant des symptômes et celles identifiées comme cas contact d'une personne infectée. En cas d'hospitalisation, les frais sont remboursés à hauteur de 80 % par l'Assurance maladie, le reste peut être pris en charge par la mutuelle santé.

Un délai plus court serait plus facile à observer

Olivier Véran et les spécialistes favorables à la diminution de la durée de la quarantaine avancent que moins les personnes touchées seront obligées de s'isoler, plus elles seront plus enclines à respecter la durée d'isolement.

En ce moment, les traçages effectués par les Agences régionales de santé et l'Assurance maladie font état d'une multiplication du nombre des personnes qui ne respectent pas le délai de 14 jours.