Face au vieillissement de sa population, la France a fait de l’assistance médicale à distance l’une de ses priorités. Grâce à sa politique publique en faveur de l’e-santé, l’Hexagone fait aujourd’hui partie du trio de tête dans l’innovation de ce secteur, avec une priorité réservée aux services destinés aux seniors.

Télémédecine pour les seniors : un secteur en pleine croissance

Tout comme la souscription à une mutuelle santé, les soins s’effectuent progressivement à distance. Selon les prévisions d’IDATE DigiWorld, un groupe de réflexion (think tank) spécialisé dans l’économie numérique,

« Le marché de la télémédecine dédiée aux personnes âgées se développera de manière exponentielle dans le monde ».

85 % des seniors souhaitent en effet vieillir au sein de leur domicile. Le système de e-santé, également appelé « smart ageing », connaîtra ainsi une hausse. Il est ainsi estimé que

« 9 % de la population âgée sur la planète disposera d’un équipement dédié aux télésoins ».

En 2025, 78 millions de dispositifs devraient être déployés.


Sur dix pays étudiés, les États-Unis et le Royaume-Uni se positionnent en tête des pays les plus innovants du secteur. La France se situe en troisième position, profitant notamment d’une politique de santé publique dynamique. Cette année 2019 a notamment vu émerger le programme « Ma santé 2022 » qui détermine avec précision les conditions d’exécution des télésoins et des prescriptions à distance. En 2016, 100 millions d’euros ont par ailleurs été investis par les start-ups (2016).

Des investissements pour faire des économies

Un rapport remis au gouvernement suggère d’investir 40 millions d’euros dans la mise en place de la télémédecine dans les établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EPHAD). Les dépenses accordées dans l’amélioration des systèmes devraient permettre de baisser les dépenses de santé. En 2018, les pays étudiés ont déjà enregistré une baisse des coûts liés à la santé de 1,2 % et la tendance devrait suivre une courbe positive.

Du côté de l’Espagne et de l’Italie, le domaine de l’e-santé n’a pas encore véritablement percé. L’étude d’IDATE démontre en effet que

« Ces pays sont encore réticents envers la technologie d’assistance et que la famille demeure toujours un noyau essentiel à l’assistance pour les personnes âgées ».