L’aspirine, un incontournable de l’armoire à pharmacie des Français, présente souvent des risques insoupçonnés. Une récente étude met en évidence un lien entre une utilisation prolongée, même à faible dose, de ce médicament et une augmentation du risque d’anémie.

Un effet secondaire méconnu de l’aspirine révélé par une alerte

Une affection fréquente : l'anémie

Selon les chercheurs, l'anémie touche environ 30 % des personnes âgées de plus de 75 ans. Les symptômes incluent une pâleur de la peau, des conjonctives, une asthénie et de l'essoufflement.

Le diagnostic peut être établi grâce à une simple prise de sang, révélant un taux d'hémoglobine en dessous de 13 grammes par décilitre de sang chez les hommes et 12 grammes par décilitre chez les femmes.

Diverses causes d'anémie

Plusieurs facteurs peuvent entraîner une anémie, la carence en fer étant la plus commune. Cette forme est connue sous le nom d'anémie ferriprive. Elle est souvent observée chez les femmes ayant des règles abondantes ou chez les personnes âgées, qui peuvent souffrir d'anémie liée à des maladies associées ou à une inflammation. Dans un tiers des cas, l'origine reste inexpliquée.


Des chercheurs australiens ont avancé l'hypothèse d'une cause médicamenteuse, en mettant en avant l'aspirine, également appelée acide acétylsalicylique. Accessible sans ordonnance, ce médicament est l'un des plus vendus pour traiter les douleurs, les courbatures et la fièvre.

L'aspirine, un autre facteur d'anémie

L'étude a suivi 19114 personnes âgées de plus de 65 ans pendant plusieurs années, mesurant leur taux d'hémoglobine chaque année et leur taux de ferritine (reflet des réserves de fer dans l'organisme) tous les trois ans.

Deux groupes ont été constitués :

  • Un groupe placebo ;
  • Un autre ayant reçu 100 mg d'aspirine par jour. C'est la dose habituellement prescrite après un AVC ou un infarctus afin de prévenir les récidives.

Les résultats indiquent un risque supplémentaire de 23,5 % de développer une anémie dans le groupe prenant de l'aspirine par rapport au groupe placebo, soit 51 participants sur 1000 contre 43 sur 1000.

Selon les chercheurs, il est donc essentiel de surveiller régulièrement le taux d'hémoglobine chez les personnes âgées prenant de faibles doses d'aspirine, d'autant plus que les contrôles sont pris en charge par la mutuelle santé.

Un effet déjà connu

L'anémie est répertoriée parmi les effets secondaires connus de l'aspirine. Selon le Vidal, ce médicament peut provoquer des saignements du nez ou des gencives, et plus rarement, des hémorragies intestinales imperceptibles qui sont à l'origine d'une anémie progressive.


Il est dommage que cette étude n'ait pas eu pour autre objet d'examiner d'autres pistes inconnues quant aux causes de l'anémie. Quoi qu'il en soit, les personnes qui prennent régulièrement de l'aspirine doivent absolument surveiller leur taux d'hémoglobine.

A retenir
  • Selon une étude récente, une prise répétée d'aspirine augmenterait le risque d'anémie.
  • Les personnes de plus de 75 ans sont particulièrement touchées par cette maladie, présentant des symptômes tels qu'une pâleur de la peau et une fatigue intense.
  • La carence en fer est une cause fréquente d'anémie, mais il est également possible que l'aspirine à faible dose joue un rôle.
  • Les personnes âgées prenant de l'aspirine doivent surveiller leur taux d'hémoglobine.