Ces dernières semaines, le variant Delta progresse fortement sur le continent européen, devenant même majoritaire dans certains pays, dont la Suisse. Si le renforcement des mesures de restriction est une solution inéluctable pour endiguer la propagation, la vaccination semble être des plus efficace, à condition toutefois d’avoir reçu les deux doses.

Depuis l'entrée en vigueur de la loi Chatel, tout assuré peut résilier à tout moment son contrat d'assurance s'il trouve une mutuelle pas chère et avantageuse ailleurs. À noter toutefois qu'il n'a pas à en arriver là pour se faire rembourser de son vaccin anticovid, qui est remboursé intégralement par la CPAM.

D'ailleurs, la vaccination s'avère aujourd'hui le meilleur moyen de se prémunir contre la mutation Delta du coronavirus dont la menace plane depuis quelque temps, étant bien plus contagieuse et virulente que le virus original. Il convient toutefois de préciser que les deux injections doivent être administrées, une seule dose étant inefficace.


Le variant Delta prend le pas sur ces prédécesseurs

Alors que la pandémie du covid-19 a fait, depuis sa première apparition en décembre 2019, quatre millions de victimes environ à travers le monde – d'après les statistiques communiquées par l'AFP — les contaminations repartent à la hausse sur le continent européen, les chiffres de l'OMS le confirment. Et ce qui inquiète le plus, c'est le niveau élevé des cas de contamination au variant Delta, la mutation dénommée auparavant « indienne » du fait de sa provenance.

À l'instar de la situation épidémiologique dans plusieurs pays européens, la Suisse enregistre de plus en plus de cas liés à ce virus mutant. En effet, il n'est plus à redire que par rapport à la souche Alpha, ce dernier se répand plus rapidement.

De fait, une étude française récemment apparue dans la revue « Nature » a indiqué que lutter contre celui-ci requiert plus d'anticorps que tous ses prédécesseurs. De plus, une personne précédemment infectée par les anciens variants risquerait quand même d'être contaminée par le coronavirus Delta.

Deux doses pour assurer l'efficacité du vaccin

Renforcer les disciplines restrictives, certes, permet de freiner la tendance haussière de propagation du covid-19 – et quelle qu'en soit la souche –, mais ce n'est pas sans raison que les autorités sanitaires incitent la population à se faire vacciner. La hausse continue des nouveaux cas a d'ailleurs poussé plusieurs pays européens à mettre en place une politique de vaccination obligatoire.


Et l'étude menée par Olivier Schwartz, responsable de l'unité Virus et immunité de l'Institut Pasteur, a toutefois prouvé qu'une seule injection ne suffit pas, le niveau d'immunité ne dépassant pas les 10 %. D'après ses affirmations :

Les sérums d'individus ayant reçu une seule dose de vaccin Pfizer ou AstraZeneca sont peu ou pas du tout efficaces contre Delta.

A contrario, recevoir les deux doses permet d'être immunisé à plus de 90 % contre d'éventuels développements de formes graves de la maladie. À savoir, le vaccin à ARN messager produit par Moderna serait aussi efficace que les marques susmentionnées, à condition toujours que le récepteur reçoive ses deux injections.