C’est une avancée majeure dans la lutte contre la maladie d’Alzheimer. Le laboratoire pharmaceutique Eli Lilly a annoncé avoir développé un nouveau traitement qui a réussi à ralentir l’évolution des symptômes de 35 % en seulement dix-huit mois lors d’essais cliniques. Il s’agit du deuxième traitement cette année à faire l’objet d’une demande d’autorisation de mise sur le marché aux États-Unis.

Eli Lilly annonce un traitement révolutionnaire contre la maladie d’Alzheimer

Un traitement basé sur le ciblage des amyloïdes bêta

Bien que l'amélioration demeure modeste, compte tenu des effets secondaires associés au traitement, toute avancée dans la lutte contre la maladie d'Alzheimer est à prendre en considération.

Le traitement développé par Eli Lilly cible les dépôts d'amyloïdes bêta, des protéines qui se forment sur les neurones endommagés.

Les résultats des essais cliniques dévoilés le 3 mai dernier ont montré une réduction de 35 % de la progression de la maladie par rapport au groupe placebo après dix-huit mois de traitement.

Une cause ou une conséquence ?

Il convient de souligner que c'est le deuxième traitement contre la maladie d'Alzheimer à cibler les plaques d'amyloïdes bêta à demander une autorisation de mise sur le marché aux États-Unis, après celui élaboré par la société japonaise Eisai et Biogen.


Ces traitements qui pourraient être pris en charge par l'assurance santé soulèvent la question de savoir si les dépôts d'amyloïdes sont la cause de la maladie ou simplement une conséquence.

En septembre 2022, le traitement d'Eisai et Biogen avait suscité un grand enthousiasme chez les investisseurs, malgré une amélioration cognitive limitée de 27 % par rapport au groupe placebo après dix-huit mois de traitement. Cette amélioration, bien que modeste, validait la voie de recherche empruntée par d'autres laboratoires qui ciblaient également les dépôts d'amyloïdes.

Lors de l'essai clinique mené par Eli Lilly sur 1 182 patients atteints de la maladie d'Alzheimer débutante, 47 % des sujets prenant du donanemab (le nouveau médicament du laboratoire) n'ont présenté aucune évolution clinique de la maladie après un an, contre 29 % du groupe placebo. De plus, la détérioration de leurs capacités à effectuer des tâches quotidiennes était réduite de 40 %.

Cependant, il est important de noter que le traitement de Lilly entraîne des effets secondaires sérieux et fréquents, tout comme celui d'Eisai/Biogen.

À retenir
  • Eli Lilly a développé un traitement révolutionnaire qui ralentirait de 35 % la progression de la maladie d'Alzheimer en 18 mois.
  • Ce traitement cible les dépôts d'amyloïdes bêta, suscitant des questions sur leur rôle.
  • Des effets secondaires sérieux sont à toutefois considérer.