Des pics de chaleur sont survenus dans plusieurs régions françaises en juillet dernier. Sur la même période, les EHPAD ont signalé une légère recrudescence de l’épidémie de Covid-19. Les aidants au sein des établissements dédiés aux seniors se retrouvent ainsi dans une situation délicate. En effet, ils doivent à la fois préserver les résidents du virus et de la canicule.

La canicule de 2003 a entraîné 15 000 décès en France. Suite à cet événement tragique, les établissements hébergeant des personnes âgées ont mis au point un protocole spécial contre les fortes chaleurs. Plus récemment, l'épidémie de Covid-19 a fait près de 30 000 morts dans l'Hexagone, dont une quinzaine de milliers de résidents d'EHPAD.

Les bénéficiaires de mutuelle senior sont donc exposés à deux risques potentiellement mortels cet été. Les centres spécialisés et les aidants professionnels sont conscients de la gravité de la situation. Ils s'efforcent ainsi de prendre des dispositions en conséquence. Toutefois, les mesures anti-canicule habituelles ne sont pas toujours compatibles avec le contexte sanitaire actuel.


Des mesures difficiles à concilier

Le Covid-19 a fortement touché les EHPAD depuis le début de la crise sanitaire. Ainsi, ces établissements ont mis en œuvre des protocoles stricts pour protéger les résidents, les aidants et les visiteurs contre le virus. Ils ont d'ailleurs été nombreux à fermer durant le confinement. Après la levée de ce dispositif sanitaire, les règles se sont allégées, mais la vigilance reste de rigueur dans ces structures.

Toutefois, le respect des mesures barrières devient désormais compliqué face à l'urgence des interventions pour l'humidification des corps et l'hydratation des résidents. Ces deux actes font notamment partie des dispositions prévues en cas de canicule. Comme l'a résumé le directeur adjoint de l'AD-PA (association des directeurs au service des personnes âgées), Éric Fregona :

Il faut faire coïncider les protocoles canicule et ceux liés à l'évolution du Covid, ce qui n'est pas évident.

Les climatiseurs sont par ailleurs déconseillés pour éviter la propagation du virus. En effet, ces appareils recyclent l'air dans les pièces. Le ministère de la Santé incite plutôt à privilégier la ventilation en introduisant de l'air venant de l'extérieur. Avec la chaleur, les EHPAD doivent donc trouver d'autres solutions pour refroidir le lieu de vie des seniors.

Une deuxième vague épidémique redoutée

Depuis le déconfinement, les gestes barrières et les mesures sanitaires sont scrupuleusement respectés dans les établissements hébergeant des personnes âgées. Ainsi, les contacts rapprochés sont limités, voire proscrits. La capacité d'accueil des espaces communs a également été réduite pour favoriser la distanciation physique.


Dans ce contexte, les équipes soignantes sont mobilisées davantage pour assurer individuellement les soins des résidents. Selon Éric Fregona :

Il faut être beaucoup plus présent auprès des personnes âgées, leur proposer des douches ou des linges frais plus régulièrement, autant de temps humain et de bras de personnels déjà épuisés par cinq mois de crise.

Parallèlement à la menace de la canicule, une deuxième vague épidémique est à craindre dans les maisons de retraite et les centres spécialisés dans la prise en charge des seniors. Certains établissements ont ainsi décidé de refermer leurs portes pour limiter les risques de contamination.

L'interdiction des visites permet en effet de protéger efficacement les résidents. Le reconfinement reste la meilleure option dans les régions affichant une reprise de l'épidémie, selon les professionnels du secteur. Cette mesure a déjà été prise par certains établissements dans le Finistère.