Face à la gravité de la situation due à l’explosion du nombre de malades du covid-19 dans les territoires d’outre-mer, le gouvernement a décidé d’étendre l’état d’urgence sanitaire de deux mois supplémentaires dans les localités les plus touchées.

La recrudescence des contaminations en Guyane, à la Réunion, en Martinique, en Guadeloupe, à Saint-Barthélemy, à Saint-Martin, en Polynésie française et en Nouvelle-Calédonie nécessite des mesures drastiques.

L'instauration de l'état d'urgence a été la résolution prise par l'État pour limiter les dégâts. Et comme la situation pourrait également se dégrader à Mayotte et sur les îles de Wallis et Futuna, il est fort possible que ces territoires soient également déclarés en état d'urgence sanitaire d'ici le 15 octobre prochain.

Faible taux de vaccination

Selon le constat des observateurs et des spécialistes, le variant delta du covid-19 circule vite dans ces territoires, alors qu'une grande partie de la population n'est pas vaccinée.


Le taux d'incidence est très élevé pour la Martinique et la Guadeloupe, avec respectivement 419 cas pour 100 000 personnes et 520 cas pour 100 000 habitants. Le nombre des patients en soins intensifs atteint 78 en Martinique, et 59 en Guadeloupe.

Le pic a déjà été franchi en Polynésie française avec un taux d'incidence record (2 860 cas pour 100 000 personnes).

En Guyane et à la Réunion, la situation est moins alarmante, mais la prudence est de mise du fait du faible taux de vaccination. Pour Mayotte et la Nouvelle-Calédonie, le nombre des cas augmente à un rythme soutenu.

À titre de rappel, les frais d'hospitalisation pour les personnes infectées par le covid-19 sont pris en charge à hauteur de 80 % par l'Assurance Maladie, le reste et les frais annexes peuvent être remboursés par la mutuelle du patient. S'il s'agit d'une forme légère de la maladie, la Sécurité sociale rembourse 65 % des frais médicaux, le reste à charge incombe en principe à la complémentaire santé.

Les habitants dans ces territoires sont réticents à la vaccination

Selon le ministre de la Santé, Olivier Véran,

Les habitants dans ces territoires sont peu enthousiastes à se faire vacciner.
La défiance à l'égard du vaccin anti-covid empêche un grand nombre de personnes de franchir le pas, notamment en Guyane et aux Antilles,

Déplore-t-il.