Le gouvernement s’est concerté avec la Caisse Nationale d’Assurance Maladie, les services de la santé et les universités. Ensemble, ils sont parvenus à se mettre d’accord sur la nécessité d’optimiser le bien-être des jeunes étudiants. Une convention a d’ailleurs été adoptée dans ce sens. Son application se fait entre autres au niveau des départements.

Les responsables de l'enseignement supérieur et les acteurs de la santé sont convaincus de l'importance des soins proposés aux étudiants. Selon leurs propos, la bonne condition physique est un facteur de réussite académique pour les jeunes. Il est alors nécessaire de mettre en place une stratégie de prise en charge efficace. Ainsi, le gouvernement a pris l'initiative d'instaurer une convention dédiée à la santé des étudiants. La mise en place de cette directive se fonde sur trois grands axes : l'information, la personnalisation et l'accompagnement. Le dispositif s'adresse aux étudiants nationaux comme internationaux et cible surtout les plus fragiles. L'objectif est de les accompagner pour qu'ils deviennent plus autonomes.


La nécessité d'un système de santé étudiant efficace

La santé fait partie des facteurs qui ont un impact considérable sur le parcours académique des jeunes. Cela n'implique pas seulement la condition physique mais aussi la situation mentale. L'établissement d'une convention est donc nécessaire pour optimiser le bien-être des étudiants.

Différentes institutions ont déjà déterminé les axes d'approche pour parvenir à un résultat efficace. La stratégie d'information tient une place importante dans le processus. Il s'agit de communiquer sur le système mis en place et les réflexes que l'assuré doit adopter.

Aussi, il est important que les étudiants puissent disposer d'un service complet et adapté. Le domaine de la santé étudiante doit, entre autres, inclure :

  • Les opérations en dentisterie ;
  • Les dépistages ;
  • Les vaccinations ;
  • Les actes gynécologiques.

La convention est pensée pour avoir des déclinaisons locales, ce qui permet de dynamiser le système. Elle est organisée et mise en œuvre au niveau local, jusqu'aux territoires d'outre-mer. Grâce à la mise à jour des collaborations existantes, les étudiants en quête d'une mutuelle pas cher accèdent facilement aux soins nécessaires.

Le gouvernement interpellé

Une convention a été prise mettant en accord le gouvernement, les acteurs de la mutuelle santé et les départements universitaires. Voici la liste de ceux qui y ont participé :

  • Le ministre des Solidarités et de la Santé ;
  • Le président de l'Association des Directeurs des Services de Santé Universitaire ;
  • Le ministre de l'Enseignement Supérieur ;
  • Le centre national des œuvres universitaires et scolaires ;
  • Le directeur général de la Caisse Nationale d'Assurance Maladie ;
  • Le ministre de la Recherche et de l'Innovation ;
  • Les conférences d'établissements d'enseignement supérieur ;
  • Le ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation.

Cette convention a été décidée suite à d'autres échanges sur le même sujet. Les caisses primaires d'assurance maladie ont pris des dispositions au niveau des départements. Le réseau des référents ainsi créé permet de s'assurer que les étudiants ont accès aux soins qui leur conviennent. Les partenaires institutionnels reçoivent les directives pour accompagner efficacement les jeunes à travers ce service.