Deux pics du Covid-19 ont été enregistrés en Europe depuis sa première apparition. Le troisième pourrait arriver prochainement, à en croire la nette explosion des cas confirmés des semaines dernières. Les observateurs prévoient même des chiffres cinq fois plus élevés par rapport aux statistiques actuelles, le variant Delta et l’allègement des mesures y contribuant.

Après dix semaines d'amélioration de la situation épidémique et une baisse certaine du montant en cas de devis mutuelle santé , le nombre de cas positifs au Covid-19 a recommencé à augmenter en Europe, avec une tendance de domination pour le variant Delta. Or, plusieurs études ont confirmé la forte capacité à se propager de cette quatrième mutation par rapport à la souche originelle.

Les prévisions pour les prochains jours semblent, de ce fait, on en peut plus sinistres, même si les indicateurs actuels sont déjà dans le rouge. L'inquiétude de l'ECDC (Centre européen de prévention et de contrôle des maladies) va plus précisément vers l'Espagne et le Portugal bien que la situation dans d'autres pays laisse aussi à désirer.


Des contaminations par jour cinq fois plus élevées

Il y a quelques jours, l'ECDC a mis à jour ses prévisions pour les semaines à venir, concernant les pays membres de l'Union européenne ainsi que la Norvège et l'Islande. Il s'avère que les chiffres prévus sont loin d'être prometteurs, l'agence européenne chargée des maladies ayant annoncé une recrudescence des personnes contaminées.

Aux dernières nouvelles, l'incidence à la maladie est estimée à près de 90 nouveaux cas confirmés pour 100 000 habitants. Or, au 1er août, l'ECDC anticipe un ratio de 420 nouvelles contaminations pour la même part, soit cinq fois supérieur au niveau actuel. Ce qui présente des similitudes aux pics enregistrés en automne 2020 et d'avril dernier.

Mais la tendance devrait encore se poursuivre, frôlant même la barre des 620 nouveaux cas pour 100 000 résidents au 8 août prochain. À noter que l'évolution s'évaluait à +60 % durant la semaine du 5 au 11 juillet 2021. Une hausse qui s'affiche dans deux pays sur trois suivis par l'agence. L'étude a d'ailleurs révélé que :

Dans les pays les plus touchés, les plus fortes hausses de cas et les niveaux les plus élevés de contamination concernent les 15-24 ans, avec des hausses limitées pour les plus de 65 ans.

Un taux d'hospitalisations et de décès bridé

Parmi les 30 pays observés à la loupe par l'agence, la situation est moins alarmante au sein des 24 concernés. L'inquiétude commence pourtant à poindre chez l'entité observatrice en analysant les indicateurs du Chypre, du Luxembourg, de l'île de Malte et des Pays-Bas. Et c'est encore pire pour l'Espagne et le Portugal.


En cause, la présence du variant Delta sur leur territoire alors que cette mutation est reconnue pour sa vitesse de propagation. À cela s'ajoute l'assouplissement des règles de restriction depuis le début des vacances d'été, comme c'est le cas dans l'Hexagone.

Le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies met toutefois en avant l'efficacité des vaccinations. En effet, si le nombre de décès et d'admission en milieu hospitalier évolue moins vite que celui des contaminations journalières, c'est notamment en raison des injections vaccinales. À savoir 47,8 % des 18 ans et plus ont reçu leur dose de vaccins complète au 11 juillet, tandis que 63,4 % ont eu leur première injection.