Si l’évolution des cotisations d’assurance de santé a été prédite par les établissements pourvoyeurs dès le début 2019 pour 2020, les prévisions sont de plus en plus certaines à mesure que la nouvelle année approche. Et il n’y a pas que ce secteur qui est concerné puisque les prix de la protection habitation connaîtront aussi une hausse quoiqu’il faille admettre que les augmentations auraient pu être plus flagrantes.

En matière de contrat de couverture, les tarifications imposées par les assureurs dépendent non seulement des risques encourus par les adhérents, mais aussi du bilan de l'année écoulée et des perspectives de dépenses futures. Sur ce dernier point, il est à rappeler que le coût de la réforme « Reste à charge zéro » va être supporté, en partie, par les mutuelles. Ce qui fait que les observateurs s'attendent à un rehaussement probable des prix des complémentaires.

Les récentes révélations d'un site renommé dans la comparaison d'assurances en ligne ont d'ailleurs confirmé cette hypothèse. L'augmentation sera de 2% tandis que celle des protections du logement et de l'auto est beaucoup plus modérée.


Une majoration de 2% attendue en complémentaire santé

L'entrée en vigueur du dispositif « 100% Santé » en début d'année implique des charges supplémentaires pour les pourvoyeurs de complémentaire santé bien que sa mise en place ne soit complète qu'en 2021. Cependant, il a été convenu entre la ministre de la Santé et des Solidarités, Agnès Buzyn, la Mutualité Française et la FFA (Fédération Française de l'Assurance) que les prix devaient rester stables en 2019.

2020, en revanche, s'annonce plus dispendieux pour les assurés qui devront débourser davantage pour être couverts en matière de soins. En se basant sur son IPAP (indice du prix des assurances de particuliers), un comparateur en ligne, leader dans son domaine, a pu prévoir une majoration de 2%. À savoir que les données ont montré, en septembre dernier, une évolution de 2,1% sur un an pour le secteur.

De nombreux éléments peuvent expliquer ce chiffre, entre autres l'accélération des dépenses de santé qui s'avère plus forte par rapport à la hausse des prix à la consommation en raison du net avancement des technologies médicales, mais aussi de la population vieillissante.

Cependant, force est de reconnaître que la modération sera au rendez-vous pour les raisons suivantes :

  • La possibilité de faire jouer la concurrence suite à la promulgation de la loi Hamon qui permet la rupture à tout moment du contrat d'assurance après un an d'abonnement ; 
  • Aucune charge n'a été déléguée de la part de la Sécurité sociale ; 
  • Les impôts sur les couvertures complémentaires n'ont subi aucune révision à la hausse cette année.

Une modération fortement ressentie

Toujours en partant de son IPAP qui a dévoilé il y a quelques semaines des progressions de 1,5% en assurance habitation et de 1,1% en protection auto, le site de comparaison a établi une fluctuation de prix modérée pour la première, à raison de 1% pour les garanties multirisques (MRH), et une stabilité pour la seconde, l'an prochain.


Si les rehaussements considérables et continus des tarifications ont permis aux assureurs de logement d'optimiser leur rentabilité durant la dernière décennie, cette année semble connaître une meilleure note que les précédentes en matière d'événements climatiques. Ce qui explique la conservation d'une même grille tarifaire. D'autant que les effets du dispositif Hamon sur le renforcement de la concurrence suscitent inévitablement la retenue en termes de révision de prix.

Une forte compétitivité qui fait écho jusqu'aux mutuelles automobiles qui ont choisi de ne pas augmenter leurs tarifs en 2020. Et ce, en dépit des hausses au niveau des indemnisations de blessés et du coût de réparation (les pièces détachées coûtent 3 à 4% plus cher). Il faut dire que le bilan 2019 de la sécurité routière est prometteur en n'enregistrant que 0,1% de plus de blessés et 1% de moins de décès par rapport à 2018.