S’étant basée sur des données scientifiques, la HAS est d’accord pour utiliser des tests plus rapides sur les cas contacts et les personnes symptomatiques. Seules les asymptomatiques ne sont pas concernés par cette décision. Pour que cette dernière soit effective, il ne reste plus qu’à attendre la publication d’un arrêté au Journal officiel.

La stratégie de dépistage du Covid-19 s'intensifie en France. La Haute Autorité de santé est favorable au déploiement aussi bien des tests antigéniques que des tests salivaires d'EasyCov.

Les tests antigéniques devraient bientôt être étendus aux cas contacts. Jusqu'à aujourd'hui, ils sont surtout réalisés sur les personnes asymptomatiques et symptomatiques, lorsque la situation ne permet pas d'attendre les résultats d'un test RT-PCR.

À propos des tests salivaires, ils permettent d'obtenir un résultat en moins d'une heure alors que cela n'est possible qu'après plusieurs heures, quand on se sert des tests nasopharyngés. Cependant, il reste, pour le moment, déconseillé de les utiliser sur les personnes asymptomatiques.


Le déploiement de nouveaux tests en France

Jusqu'à présent, les tests antigéniques sont surtout utilisés sur des personnes symptomatiques en France. Par comparaison avec les tests RT-PCR, ils fournissent des résultats bien plus rapidement. Leur réalisation devrait bientôt compter parmi les prestations prises en charge par toute mutuelle santé. Cependant, la Sécurité sociale la rembourse déjà à 100 %.

Au sujet des tests salivaires EasyCov, ils donnent également la possibilité d'avoir des résultats en quarante minutes. En revanche, ces derniers sont généralement moins fiables que ceux des RT-PCR. Ayant également donné son feu vert à leur déploiement, la Haute Autorité de santé explique :

L'utilisation des tests salivaires EasyCov est recommandée chez les personnes symptomatiques pour lesquelles il est difficile, voire impossible, de réaliser un prélèvement nasopharyngé.

La HAS accepte l'utilisation des tests antigéniques sur les cas contacts

Dans un communiqué, la Haute Autorité de santé a affirmé être favorable à l'utilisation de ces tests chez les :

  • personnes symptomatiques ;
  • cas contacts détectés isolément ;
  • cas contacts détectés au sein d'un cluster.

Son feu vert mène vers une utilisation généralisée. La HAS estime :

Selon des publications scientifiques rassurantes, les tests antigéniques permettent de diagnostiquer les cas contacts de manière efficace.

Selon l'institution, ces tests sont à utiliser :

  • le plus tôt possible ;
  • à sept jours pour les cas contacts à haut risque ;
  • à sept jours après exposition pour les cas contacts à faible risque.