Une hausse massive, c’est ce que devraient connaître les tarifs des couvertures maladie complémentaires cette année. Une révision que la majorité des contractants subissent continuellement et à laquelle ils doivent s’attendre avec la réforme 100% Santé. Quoiqu’il existe plusieurs façons d’alléger sa facture sans pour autant se trouver lésé en matière de garanties.

L'année 2020 est marquée par une nouvelle étape pour confirmer davantage l'entrée en vigueur du Reste à charge zéro (RAC 0). Cette fois-ci, le panier de soins optiques sera entièrement pris en charge par les complémentaires santé ainsi que certains équipements dentaires. Ces charges supplémentaires qui leur incombent auront, sans aucun doute, des impacts sur le montant des cotisations.

Cela ne doit pas être pour autant une fatalité pour les adhérents. Il est, en effet, possible de faire baisser la note de sa couverture maladie en comparant entre autres les offres existant sur le marché avec celle qu'on détient grâce aux services d'un expert en courtage ou d'un comparateur. À noter que plusieurs paramètres sont pris en compte dans la détermination de la prime d'assurance.

Plusieurs paramètres à prendre en considération

Ces dernières années, le tarif des assurances maladie complémentaires n'a eu de cesse de s'accroître. Une tendance haussière qui semble se maintenir, avec la mise en application du RAC 0. Bien qu'il faille reconnaître que les prix dépendent généralement de différents autres paramètres.


L'âge, par exemple, est un élément à tenir compte puisque les risques santé et les besoins en soins augmentent en vieillissant. Et l'écart mensuel peut s'estimer à 80 euros pour le contrat d'un sexagénaire (107,66 euros en moyenne chez Santiane) en comparaison avec celui d'un jeune assuré de 20 ans (24,82 euros auprès de la même compagnie).

Il ne faut pas non plus négliger la situation géographique, car certaines régions sont plus passibles de dépassements d'honoraires que d'autres. Dans la capitale et ses environs, par exemple, si bien que pour les profils précités, le coût de la couverture s'élève respectivement à 132,21 et 27,29 euros par mois pour des garanties similaires.

Dans un cas comme dans l'autre, il est possible d'économiser jusqu'à près de 20% sur ses frais d'assurance santé. Ainsi, un couple parisien de 35 ans avec deux enfants mineurs peut être facturé de 99,75 euros par mois chez Santiane à 139,75 euros. À un dirigeant de site comparateur de confirmer :

Il existe des moyens de payer moins cher ou de s'assurer une meilleure couverture pour un prix identique.

De minutieuses comparaisons sont de mise

Faire jouer la concurrence est, sans aucun doute, une tactique qui marche. Pour y parvenir, l'opportunisme est de rigueur, c'est-à-dire, effectuer une minutieuse comparaison des offres existantes tous les deux ans. En effet, c'est le seul moyen d'évaluer non seulement la compétitivité d'un contrat, mais aussi son adéquation aux besoins de son détenteur.


Et il se trouve que de nombreux acteurs sont à même de faciliter l'opération : un courtier, par exemple, ou un comparateur en ligne. À préciser que les démarches sont gratuites puisque ces experts sont rémunérés par les assureurs avec lesquels ils ont signé une convention de partenariats. À ce propos, grâce à cela, les sites de comparaison disposent des grilles tarifaires de contrats allant des petites enseignes aux grands groupes d'assurance.

Par ailleurs, il faut savoir que les formules des couvertures maladie ont été élaborées sur les mêmes bases. Aussi, faut-il prendre en considération :

  •  La garantie « hospitalisation » pour une prise en charge des divers frais afférents à la chambre individuelle, aux dépassements d'honoraires ainsi qu'à certains frais annexes ; 
  •  La garantie « médecine » pour le remboursement des frais de consultations et des médicaments ; 
  •  Les garanties « optiques » et « dentaires », qui couvrent les dépenses en cas d'achat de paires de lunettes et de prothèses, surtout labellisées « 100 % santé » ; 
  •  La garantie « médecine douce », pour bénéficier d'un forfait annuel de remboursement sur les frais de consultation ostéopathique, par exemple.