Les Français sont satisfaits du système de santé actuel mais restent à l’affût de nouveaux services

Le secteur santé est en pleine forme, à en croire les données statistiques de Deloitte lors de l’élaboration de son baromètre annuel traitant le sujet. De fait, le niveau de satisfaction des Français est nettement élevé, tant sur la qualité des soins que sur le remboursement des frais y afférents. Le dispositif de remboursement intégral de certains soins onéreux, baptisé 100% santé, y est sans doute pour quelque chose.

Toujours est-il que plus de la moitié des sondés estiment que cette réforme s’accompagnera forcément d’une hausse des charges en matière de couverture santé complémentaire. Or, la majorité d’entre eux ne sont pas prêts à débourser davantage quoi qu’il faille admettre que la réticence semble néanmoins relative. Bon nombre de ménages approuvent quand même l’idée d’un paiement à l’usage dans le cas où certains services spécifiques viendraient à être proposés par leur mutuelle.


Une satisfaction renforcée par la réforme du 100% santé

L’insatisfaction était au rendez-vous au cours des trois dernières années en ce qui concerne le système de santé des Français. Une situation que le dispositif 100% santé, instauré depuis le 1er janvier 2019, a sensiblement retournée. Pour rappel, cette réforme vise à rendre certains soins onéreux, tels que l’achat de lunettes à verres correcteurs et la pose d’appareils dentaires ou d’audioprothèses, plus accessibles.

Ainsi, le niveau de satisfaction des ménages semble s’être évolué dans le bon sens cette année. 81% d’entre eux s’étant montrés satisfaits de la qualité des prestations médicales, d’après les chiffres révélés par le baromètre annuel du cabinet Deloitte, soit 2 points de plus qu’en 2018. En outre, 91% se sont réjouis du remboursement de leur consultation contre 85% l’an dernier. À savoir, la proportion des assurés satisfaits de la prise en charge de leurs soins dentaires et auditifs s’est nettement accrue, à raison de 63% (+6 points) et de 53% (+8 points) respectivement.

Ces données mènent à conclure que les impacts de la réforme sont des plus positifs quoique l’éventuelle remontée des tarifs ne puisse être exclue. 58% des interrogés sont d’ailleurs convaincus qu’une hausse certaine des cotisations sera enregistrée même si les complémentaires santé, prenant à témoin les professionnels du domaine et l’Assurance maladie, ont promis de maintenir leurs coûts à un certain niveau.


Une hausse de tarifs relativement appréhendée

Si la majoration des primes semble être inéluctable pour la majorité des ménages à l’issue de l’application du Reste à charge zéro, près des deux tiers de ces sondés (65%) ne veulent pas toutefois dépenser plus. Quant au tiers (35%) consentant, le surcoût qu’ils ont accepté de concéder reste toutefois limité, à raison de 29,8 euros en moyenne tous les ans.

Par ailleurs, les résultats de l’enquête Deloitte ont révélé que près d’un quart des Français sont moins confiants à l’égard du dispositif. 23% des sondés pensent que les autres postes de soins souffriront d’un manque de couverture tandis que 30% appréhendent un niveau de qualité quelque peu insuffisant pour les équipements utilisés dans le cadre du panier 100% Santé.

Quoi qu’il en soit, force est de constater que les personnes enquêtées se sont montrées enthousiastes à l’idée de s’acquitter d’une facture sur-mesure, c’est-à-dire conforme aux prestations qu’elles ont demandées. À Jean-François Poletti d’ajouter :

Les Français souhaitent passer à un modèle de paiement à l’usage ce qui est l’opportunité pour les assureurs de revoir leur modèle économique.

Plusieurs services sont en effet attendus à l’issue de cette réforme, dont les plus en vue concernent des soutiens à domicile et le bien-être. Dans les détails :

  • 26% des Français veulent bénéficier d’une aide au maintien à leur résidence et 56% d’entre eux sont prêts à payer une facture mensuelle de 21,80 euros en moyenne ;
  • 25% s’intéressent aux soins à domicile (garde d’enfants, portage de repas, aide aux devoirs…) et 56% sont également prêts à payer le même montant que ci-dessus ;
  • 26% se penchent pour le massage et la méditation, dont 57% veulent bien débourser en moyenne 9,10 euros par mois ;
  • 21% sont pour la prise en charge de la médecine alternative et 48% acceptent de payer en moyenne 8 euros par mois de cotisations ;
  • 17 sont intéressés par le sport et 56% sont à même de cotiser 11,30 euros par moins pour leur couverture santé complémentaire.