La nouvelle est officielle depuis quelques jours : à partir de l’automne prochain, les Français paieront 1,50 € de plus pour leur consultation chez le docteur. Cette hausse est le résultat d'un arbitrage après des discussions acharnées entre l'Assurance maladie et les syndicats représentatifs des médecins libéraux. Les professionnels de la santé ne comptent toutefois pas se contenter de l'augmentation imposée.

Les Français vont payer plus cher leurs consultations chez le médecin

Une hausse jugée non adaptée à celle de l'inflation

Les représentants des médecins avaient réclamé un tarif d'au moins 30 € chez les généralistes, et demandé jusqu'à 50 € pour des groupes particuliers.

Ils ont également affirmé leur désaccord vis-à-vis du « contrat d'engagement territorial » (CET), qui proposait 30 € pour ceux qui accepteraient des conditions spécifiques comme un nombre de patients plus conséquent, de recevoir en consultation le samedi matin, de se rendre dans les zones reculées ou encore d'assurer des gardes de nuit.

Les syndicats ont donc rejeté en bloc les propositions d'augmentation de 1,5 € par consultation de l'Assurance maladie, une hausse qu'ils jugent insuffisante compte tenu du niveau d'inflation actuel.


Les négociations devraient reprendre bientôt

L'arbitrage de la situation par Annick Morel prévoit pour l'instant de fixer les tarifs des consultations à 26,50 € pour les généralistes et 31,50 € pour les spécialistes.

Cependant, elle reconnaît qu'un règlement négocié serait préférable. De nouvelles négociations sont prévues prochainement, et les discussions devraient aboutir à des accords satisfaisants à la fois pour les praticiens et les patients.

Du côté des médecins, certains envisagent déjà de dépasser les montants indiqués dans la grille tarifaire proposée.

Pour sa part, le président de l'Union française pour une médecine libre (UFMLS) semble suggérer que les médecins pourraient choisir de se désengager du système de conventionnement si le dialogue n'aboutit pas.

Quid des remboursements ?

L'Assurance maladie continuera de rembourser les consultations de base à hauteur de 70 %. Le ratio ne sera pas modifié, selon le ministère de la Santé. D'ailleurs, la mutuelle santé des patients pourra les aider à payer leur « ticket modérateur ».

Dans le cas des personnes aux revenus modestes, la Complémentaire santé solidaire prendra en charge les frais non couverts par la Sécurité sociale.

A retenir
  • Chez les généralistes comme chez les spécialistes, la consultation coûtera 1,50 € de plus à partir de l'automne prochain.
  • Les syndicats de médecins libéraux ne sont toujours pas satisfaits de la hausse des tarifs fixée par l'arbitrage.
  • Les consultations continueront d'être remboursées à 70 % par l'Assurance maladie. Le reste sera pris en charge par la mutuelle du patient ou la Complémentaire santé solidaire.