La santé est un droit universel. C’est la raison pour laquelle l’accès aux examens préventifs est aussi indispensable que celui afférent aux soins. C’est dans cette vision que la branche maladie de la Sécurité sociale y pourvoit. D’ailleurs, son offre s’élargit davantage cette année pour lutter encore plus contre les déserts médicaux. Une problématique que les Landais font aujourd’hui face.

Mieux vaut prévenir que guérir. Cet adage est littéralement véridique puisqu’il est aussi important de réaliser des examens médicaux pour connaître au préalable son état de santé que d’aller en consultation quand on est déjà déclaré malade.

Malheureusement, bon nombre de personnes n’ont toujours pas recours à cette mesure préventive bien qu’elle soit prise en charge par la caisse d’assurance maladie. La faute notamment à leur éloignement géographique et au manque de médecins généralistes dans leur localité, mais également à l’insuffisance de sensibilisations.

Une situation que le financeur public des soins de santé entend rétablir en ciblant d’autres assurés sociaux, outre ceux à situation sociale ou financière précaire qui bénéficient déjà de la gratuité des actes.


Une réforme en vue de toucher davantage de cibles

Anciennement appelé « bilan de santé gratuit », l’EPS (examen de prévention en santé) est un examen périodique de santé pris en charge entièrement par la CPAM en vue de dépister et de prévenir certaines maladies. Et ce, dans le cadre de la politique de gestion du risque.

Longtemps destinée aux foyers les plus précaires, la portée de cette offre s’étendra désormais sur les ménages qui ont des difficultés à trouver un médecin traitant pour suivre leur dossier médical. Une situation rencontrée actuellement par beaucoup de Français en raison du nombre restreint de praticiens en activité dans certaines zones pourtant tendues.

À savoir, bon nombre d’individus vont également être ciblés, ayant davantage besoin d’être sensibilisés pour se faire dépister. Comme c’est le cas de plusieurs Landais qui ont pourtant à leur disposition un centre d’examens de santé dédié à cette fin à Mont-de-Marsan. Au Docteur Magali Meyer, qui exerce sa profession dans cet établissement public, de faire valoir :

« Jusqu'à présent, le CES des Landes était dédié essentiellement à la précarité sociale. Mais à partir de cette année, nous sommes ouverts à tous les assurés pour leur permettre de faire ce bilan de prévention. Nous observons de plus en plus de personnes qui n'ont plus le temps ou ne trouvent plus de médecin traitant, en raison du problème de la désertification médicale. D’autres, se pensant en bonne santé, oublient de faire du diagnostic préventif, et nous sommes là pour ça ».

Une étape dans le parcours de soins à ne pas minimiser

Tous les assurés au régime général et leurs ayants droit ainsi que ceux affiliés à la MSA vont désormais pouvoir jouir d’un accompagnement par des professionnels de santé (médecins, infirmiers, voire des dentistes ou des diététiciens) dans le cadre d’examens préventifs.


Des visites systématiques au cours desquelles ils vont :

  • Faire le point sur leur état physique en général grâce à diverses analyses ou de simples consultations ;
  • Être orientés vers les services adéquats en fonction des résultats de leur bilan ;
  • Se voir informés sur leurs droits concernant, par exemple, les aides pour accéder facilement à une complémentaire santé.

Pour cela, il leur suffit de prendre rendez-vous par téléphone ou de s’inscrire via le site web Ameli. Une date de visite est alors fixée par les agents de l’Assurance maladie, à laquelle les patients devront se présenter à jeun en se munissant de ses résultats médicaux antérieurs (au cours des 12 derniers mois) et de sa carte vitale.