Le renoncement aux soins est un phénomène qui tend à prendre de l’ampleur en France. Il touche plus particulièrement les jeunes et les chômeurs. Pour y remédier, des communes se sont associées à des mutuelles afin de proposer une couverture santé complémentaire à leurs habitants. Par ailleurs, un dispositif a été lancé pour garantir l’accès aux soins aux personnes en situation de handicap.

Les niveaux de remboursement du régime général de la Sécurité Sociale sont dans une tendance haussière ces dernières années. Or l'inflation se fait de plus en plus importante. De plus en plus de Français décident alors de se passer de certains soins pour des raisons financières. Selon une récente étude, c'est le cas de trois français sur dix.

Pour endiguer ce phénomène de renoncement aux soins, de nombreuses communes dans l'Hexagone proposent une mutuelle santé communale. C'est notamment le cas de Pézenas qui a scellé un partenariat avec Mutami, une enseigne de complémentaire santé fondée en 2011 suite à la fusion de plusieurs mutuelles en Nouvelle-Aquitaine et en Occitanie.


Réduire les inégalités sociales

Mutami œuvre depuis sa création, il y a de cela une décennie, à la réduction des inégalités sociales. En effet, c'est un acteur important de l'économie sociale et solidaire. Cette mutuelle communale s'inscrit dans longue lutte contre le renoncement aux soins. Elle est notamment destinée aux personnes n'entrant pas dans le cadre des obligations légales de l'employeur.

Mutami se félicite de l'aboutissement de ce projet. Sa direction a indiqué qu'elle espère, grâce à cette initiative, la réduction des inégalités sociales à Pézenas, mais aussi que les résidents arrêteront de renoncer aux soins. À moyen terme, ce dispositif vise à proposer une couverture santé à prix compétitifs. Et à plus long terme, il entend améliorer le pouvoir d'achat des assurés. Des ateliers ont été organisés par la commune et Mutami afin d'informer les habitants sur les modalités de cette mutuelle communale.

Pézenas n'est pas la seule agglomération en France à proposer ce type de couverture sociale. En effet, plus de 2 600 communes font de même dans l'Hexagone. Les conditions d'adhésion sont quasiment toutes similaires. Il faut notamment résider sur le territoire de la commune. Les contrats de ces mutuelles communales n'exigent pas non plus des conditions de revenus.


Aménager les hôpitaux

Si les chômeurs et les jeunes sont ceux qui renoncent le plus aux soins en France, ce phénomène touche aussi particulièrement les personnes handicapées. Et pour cause, les frais de santé des personnes présentant un handicap sont fréquemment plus élevés par rapport au reste de la population.

Mais l'Assurance maladie et AFP France Handicap entendent améliorer l'accès aux droits et aux soins de ce profil de patient. Les deux ont ainsi scellé un partenariat pour lever les freins en la matière. Les difficultés souvent rencontrées par les personnes en situation de handicap sont les restes à charge trop importants et le manque d'accessibilité aux lieux de soins.

Le projet de l'assurance maladie et AFP France Handicap devrait ainsi prioriser les aménagements dans les hôpitaux et autres établissements afin que les personnes en situation de handicap puissent s'y mouvoir aisément. L'accord entre les deux parties table aussi sur un partage de données en vue d'améliorer le traitement des situations individuelles des patients.

Les aménagements dans les établissements de santé et le partage de données ne sont que quelques-uns des objectifs de l'AFP France Handicap et de la branche maladie de la Sécu. Et pour mener tous leurs projets à bien, des comités de pilotage aux niveaux national et local vont être missionnés pour s'occuper de l'aspect organisationnel.