D’après les chiffres annuels rapportés par la Dress (direction des statistiques) à partir des résultats des comptes nationaux de la santé (CNS), les dépenses de santé ont atteint les 203,5 milliards d’euros, soit 3 037 euros pour chaque Français et par an.

Tendance à la hausse de la CSBM

Les dépenses de santé sont définies sur la base de la consommation de soins et de biens médicaux (CSBM).

Même si la CSBM est en progression en 2018 (+1,5 %), elle est plus faible qu’en 2017 (+1,7 %) ou en 2016 (+2,1 %) en raison de la baisse du recours aux soins hospitaliers (46 %). En revanche, le recours aux soins de ville (27 %) a progressé en raison de l’effectivité de la hausse du prix de chaque consultation généraliste à 25 euros.

Participation des ménages en baisse

En 2018, la participation des Français aux frais de santé a suivi une courbe descendante.


Elle s’est établie à 7 % de la dépense totale, soit environ 214 euros par personne. Un reste à charge en recul puisqu’il s’élevait à 7,5 % il y a deux ans, et à 7,7 % en 2016.

Cela s’explique par une couverture profitable avec la hausse des parts remboursées par la Sécurité sociale (78,1 %) et les complémentaires santé (13,4 %).

Hausse des charges liées aux soins dédiés aux personnes handicapées

Les soins de longue durée aux personnes handicapées s’élevaient à 11,5 milliards d’euros en 2018, soit une progression de 2 % par rapport aux chiffres relevés en 2017.

Les charges concernent majoritairement les enfants et les adolescents déficients (66,9 %, soit 7,7 milliards d’euros) et elles ont progressé plus rapidement que la CSBM en 2018 (2,0 % contre 1,5 %) suite aux récentes mesures prises visant le renforcement de la capacité des structures dédiées à leur accueil.

Un reste à charge peu élevé

La France figure parmi les pays de l’Union européenne où les dépenses courantes de santé au sens international (DSCi) sont les plus élevées. En revanche, avec un reste à charge de 7 %, la part des soins revenant directement aux ménages français est la plus faible en comparaison avec le reste des 28 pays de l’OCDE (9 % de la DSCi).